BFM Business

70% des données stockées par les entreprises sont inutilisables

Selon Forrester Consulting, un peu moins d’une entreprise française sur deux aurait déjà mis en place les processus permettant de garantir une meilleure qualité de données.

Selon Forrester Consulting, un peu moins d’une entreprise française sur deux aurait déjà mis en place les processus permettant de garantir une meilleure qualité de données. - DARPA, via Wikimedia Commons

Les entreprises stockent des volumes de données de plus en plus importants. Problème, 2/3 de ces informations sont souvent inexploitables. Elles doivent donc encore en améliorer la qualité pour pouvoir les exploiter de façon fine.

Selon leur provenance et leur utilisation, les données collectées et produites par les entreprises sont enregistrées dans de multiples bases (gestion de la relation client, progiciel de gestion intégré, fichiers excel…). Tout devrait donc se dérouler au mieux. Une étude européenne commandée par Xerox et réalisée par Forrester Consulting affirme pourtant que 70% des organisations emmagasinent des données inexactes dans leurs systèmes; 46% d'entre-elles estiment même que cela a un impact négatif sur leur activité.

Dans la plupart des situations, ces données doivent donc être retraitées pour être réutilisées; dans le pire des cas, certaines restent inexploitables. Or, dans le cadre du développement du big data et de son application à l’analyse prédictive, la prise de bonnes décisions dépend de la qualité de ces données (complètes, conformes et consolidées). "C’est moins problématique quand on fait de l’analyse globale de masse de données issues du web car même si elles ne sont pas toujours de qualité, on en tire toujours des tendances, nuance Laetitia Bardoul, analyste Senior chez Markess. Mais dès que l’on veut mener des études poussées, les bases doivent être sûres et à jour".

Recruter des spécialistes de la qualité des données

La qualité des données est assurée par la mise en place d’une gouvernance s’appuyant sur des technologies de type ETL (solutions de gestion de données de référence) et pilotée par des responsables de la qualité. "Les entreprises peuvent désigner un responsable par métier par exemple, mais de plsu en plus, on assiste à l’émergence de chief data officers, data scientists ou data stewards. Leur rôle est de contrôler cette gouvernance, et donc de maîtriser la qualité des données". Toutefois, selon Forrester Consulting, plus de la moitié des entreprises interrogées indiquent manquer de processus suffisamment puissants pour garantir la qualité de leurs données. Pour y remédier, près d’un tiers d’entre-elles projettent de recruter des ingénieurs de la données et des spécialistes de la gouvernance au cours des deux prochaines années.

Eddye Dibar