BFM Business
Entreprises

Sanofi: des syndicats manifestent devant le siège France

Les organisations syndicales demandent des hausses salariales supérieures à 3,5% pour compenser l'effet de l'inflation.

Quelques centaines de personnes ont manifesté mercredi matin devant le siège France du laboratoire pharmaceutique Sanofi à Gentilly, à l'appel de la CGT, rejointe par la CFDT, FO et SUD, a indiqué la CGT à l'AFP mercredi.

La manifestation - 400 personnes selon la CGT, environ 200 selon la direction de Sanofi -, qui fait suite à un mouvement de grève entamé depuis plusieurs jours dans le groupe français, devait coïncider avec la tenue de négociations annuelles obligatoires (NAO) sur les salaires, convoquées par la direction.

Cette dernière avait initialement proposé 3,5% d'augmentation et une prime de 1.000 euros, des propositions rejetées par les syndicats, qui réclament des hausses salariales suffisantes pour contrer l'inflation.

Une augmentation des salaires de 10%

La CGT demande l'embauche de deux tiers des précaires présents dans le groupe, une augmentation de 10% des salaires pour 2023, et un rattrapage de 5% sur l'année 2022 avec effet rétroactif.

"Il est évidemment trop tôt pour connaitre l'issue des négociations. Mais Sanofi s'est d'ores et déjà engagée à proposer une augmentation collective pour 2023 et 2024, après avoir déjà fait une augmentation collective pour l'année 2022", a réagi le laboratoire français, dans un courriel à l'AFP.

"Les salaires de base annuels moyens sont également supérieurs à la moyenne nationale de l'industrie pharmaceutique, en moyenne d'environ 10%. Nous n'avons aucun salarié en France dont le salaire de base annuel soit équivalent au Smic", précise-t-elle encore.

Des échauffourées

La manifestation a donné lieu à des échauffourées entre les forces de l'ordre et les manifestants, qui ont réussi à pénétrer à l'intérieur du site.

"Il y a eu quelques bousculades avec les forces de l'ordre, au final les manifestants ont réussi à rentrer, il n'y a pas eu de dégradations mais la direction a refusé de les recevoir", a indiqué Jean-Louis Peyren, coordinateur CGT chez Sanofi.

Des élus étaient présents aux côtés des manifestants, comme les députés LFI Thomas Porte et Mathilde Panot, qui a tweeté: "4 milliards aux actionnaires, des suppressions de postes à ne plus finir, une perte de la souveraineté sanitaire du pays".

"500 millions d'aides publiques. 1.750 postes supprimés. C'est Sanofi rien qu'en 2021", a réagi sur Twitter le député LFI François Ruffin, qui a souvent interpellé Sanofi dans l'Hémicycle.

Le mouvement de grève touche désormais plus de 14 sites en France, selon la CGT. Des blocages ont lieu dans certains de ces sites, comme celui de Val-de-Reuil (Eure), spécialisé dans les vaccins. Selon la direction de Sanofi, environ un millier de salariés étaient en grève sur les sites français mardi, et quelque 600 mercredi.

N.L.C. avec AFP