BFM Business

Nestlé va lancer des capsules de café Starbucks

-

- - Nestlé

Le géant suisse va lancer une nouvelle ligne de capsules sous la marque Starbucks avec laquelle il a scellé un partenariat en août.

Nestlé, qui a déboursé quelque 7,15 milliards de dollars (6,33 milliards d'euros) en août dernier pour acquérir des droits sur la célèbre marque de café, a dévoilé une nouvelle ligne englobant les premiers 24 produits issus de ce partenariat. Ces capsules, utilisables sur les machines pour ses marques Nespresso et Nescafé Dolce Gusto, englobent certains des grands classiques des boissons de Starbucks tels que le Caramel Macchiato ou ses cappuccinos, que les consommateurs pourront préparer à la maison, a détaillé le groupe suisse dans un communiqué.  Dans un premier temps, ces nouvelles capsules seront lancées dans huit pays, dont la Belgique, le Brésil, la Corée du Sud et le Royaume Uni, au cours des prochaines semaines. Le café fait partie des catégories de produits sur lesquelles Nestlé, propriétaire des cafés solubles Nescafé et des dosettes Nespresso, compte pour redynamiser sa croissance. 

500 employés Starbucks transférés chez Nestlé 

Son nouveau patron, l'Allemand Mark Schneider, arrivé aux commandes en janvier 2017, avait rapidement donné le ton de ses ambitions en multipliant les prises de participations ou rachat de petites marques américaines haut de gamme avant de conclure l'an passé cette vaste transaction, qui octroie à Nestlé le droit de commercialiser des produits sous la marque Starbucks en dehors de ses salons de café.  Le groupe suisse, qui ne détaille pas ses ventes marque par marque, ne donne pour l'instant pas d'indication quant à la croissance espérée à travers ce partenariat. "Nous ne donnons pas d'objectifs de ventes, mais nous sommes ambitieux", a déclaré Patrice Bula, président de Nespresso, lors d'une conférence téléphonique avec la presse. Quelque 500 employés de Starbucks aux Etats-Unis et en Europe ont été amenés à rejoindre le groupe suisse dans le cadre de cette transaction. 

La rédaction avec AFP