BFM Business
Entreprises

Malgré la hausse des taux, les crédits aux TPE se maintiennent

Selon le dernier bilan de la Banque de France pour le troisième trimestre, les octrois de crédit de trésorerie sont néanmoins en recul.

Pas de panique pour le moment sur le front des crédits aux très petites entreprises (TPE). Malgré la hausse sensible des taux d'intérêts, les demandes et les octrois se maintiennent à bon niveau note la Banque de France dans son dernier bilan couvrant le troisième trimestre.

Côté demandes, 4% des TPE ont fait une demande au cours des trois derniers mois, après 5% au deuxième trimestre de 2022, soit un niveau comparable à celui d'avant crise.

Les demandes de nouveaux crédits d’investissement des TPE reculent néanmoins légèrement et restent encore un peu en deçà de leurs niveaux d’avant-crise, avec 6% des TPE ayant fait une demande au cours des trois derniers mois, contre 11% au dernier trimestre de 2019.

Ces demandes auprès des banques demeurent largement satisfaites: 91% de celles pour des prêts de financement d’investissements immobiliers ou d’achat d’équipements sont servies en totalité ou en grande partie.

Hausse du coût du crédit

Les octrois de crédit de trésorerie sont néanmoins en recul puisque seuls 73% des TPE ayant fait une demande au cours des trois derniers mois se sont vu accorder plus des trois-quarts du montant demandé, contre 80% au premier et 79% au deuxième trimestre. Il reste toutefois supérieur à celui de fin 2019 souligne la banque centrale.

"Même si les conditions des crédits bancaires se resserrent, cela ne semble pas peser pour l’instant sur la capacité des TPE à se financer puisque le niveau d’obtention reste élevé et comparable à celui d’avant la crise sanitaire" confirme Marie-Laure Barut-Etherington, directrice générale adjointe des statistiques et des études internationales à la Banque de France.

"Les différentes aides versées aux TPE pour faire face à la crise sanitaire leur ont permis de rebondir, de maintenir leur résultat voire de l'améliorer nettement pour certains secteurs d'activité" déclare de son côté Yves Marmont, président de la FCGA, la Fédération des centres de gestion agréés.

En toute logique, la proportion d’entreprises déclarant une hausse du coût global du crédit augmente. En effet, 36% des PME et 53% des ETI rapportent une hausse de ce coût. Parallèlement, la proportion d’entreprises déclarant une baisse du coût du crédit est inférieure à 2 % pour les PME comme pour les ETI.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business