BFM Business

Le retour très polémique du milliardaire pro-Brexit James Dyson au Royaume-Uni

James Dyson

James Dyson - Jason Kempin-Getty Images North America-AFP

Début avril, James Dyson a de nouveau élu domicile au Royaume-Uni après être parti en 2019 s'installer au Singapour où son groupe conserve néanmoins son siège social. Le milliardaire est notamment pointé du doigt pour avoir demandé un service à Boris Johnson sur le statut fiscal de certains de ses salariés.

L'inventeur et milliardaire James Dyson, connu pour ses produits électroménagers et ses positions pro-Brexit, a de nouveau élu domicile au Royaume-Uni, alors qu'il était jusqu'à présent résident de Singapour, où son groupe a établi son siège.

Un document de la société Weybourne, qui gère la fortune familiale de James Dyson, publié mardi sur le registre du commerce britannique, fait apparaître l'homme d'affaires comme résident britannique depuis le 6 avril.

Interrogé par l'AFP, le groupe Dyson, qui comptait en 2020 14.000 salariés, a indiqué ne pas faire de commentaire sur les affaires familiales de son fondateur. "Rien ne change dans la structure du groupe" dont le siège et l'équipe de direction sont toujours à Singapour, a précisé un porte-parole.

Par ailleurs, "le Royaume-Uni continue de représenter environ un tiers des effectifs mondiaux de Dyson, dont une majorité d'ingénieurs et de scientifiques, et constitue un centre d'innovation qui bénéficie d'investissement important en recherche et développement", ajoute-t-il.

Un accord avec Boris Johnson?

Ce changement dans la résidence de James Dyson est dévoilé alors même que le milliardaire, 73 ans, a été pointé du doigt mercredi pour ses accès privilégiés au Premier ministre Boris Johnson.

La BBC a révélé un échange de SMS dans lequel James Dyson demandait au dirigeant britannique au début de la pandémie de "régler" le statut fiscal de ses salariés qui devaient venir au Royaume-Uni pour fabriquer des respirateurs comme demandé par le gouvernement. Boris Johnson aurait répondu en mars 2020 "Je vais régler ça demain ! Nous avons besoin de vous".

Le groupe Dyson a précisé à la BBC n'avoir tiré aucun "profit" de ce projet de respirateurs et qu'il n'a fait que chercher à respecter les règles.

Le Brexit, synonyme de "liberté" pour le Royaume-Uni

James Dyson, qui a été l'un des rares hommes d'affaires britanniques favorables au Brexit, est devenu en 2020 la première fortune du Royaume-Uni, avec un patrimoine de 16,2 milliards de livres, selon le classement du Sunday Times. Il avait estimé la semaine dernière dans un entretien à la BBC que la sortie de l'UE avait redonné sa "liberté" au Royaume-Uni

Son soutien à la sortie de l'UE ne l'avait pas empêché d'annoncer le déplacement du siège social du Royaume-Uni vers Singapour en 2019, assurant que son groupe dépendait beaucoup de l'Asie pour sa chaîne d'approvisionnement.

Le groupe s'est engagé récemment à investir 2,75 milliards de livres sur cinq ans dans les nouvelles technologies comme les logiciels, la robotique et l'intelligence artificielle. Il prévoit la création de 200 emplois dans des centres de recherche au Royaume-Uni. Pour le groupe, qui n'est pas coté en Bourse, cet investissement est un moyen de repartir de l'avant après l'échec cuisant en octobre 2019 de son ambitieux projet de fabriquer des voitures électriques.

P.L. avec AFP