BFM Business

Vente du Rafale: après l'Egypte et l'Inde, le Qatar

Un contrat va être signé le 4 mai avec le Qatar. Il porte sur une commande ferme de 24 avions pour 6,3 milliards d'euros, a annoncé l'Elysée ce 30 avril.

La vente du Rafale à l'Egypte a débloqué beaucoup de dossiers. En février, le pays a acheté 24 avions. Peu de temps après, début avril, l'Inde annonçait en prendre 36. Ce jeudi 30 avril, c'est au tour du Qatar.

En effet, l'Elysée vient d'annoncer que le Qatar allait acquérir 24 avions de combat pour 6,3 milliards d'euros. La signature du contrat aura lieu le 4 mai à Doha, en présence de François Hollande. Le contrat comprend la fourniture de missiles par MBDA.

François Hollande "s'est entretenu hier (mercredi) avec Cheikh Tamin ben Hamad Al Thani, émir du Qatar. Ce dernier lui a confirmé son souhait de voir son pays acquérir 24 avions de combat Rafale", a annoncé l'Elysée dans un communiqué, saluant ce "nouveau succès à l'exportation". Cet accord conclut des mois de négociations entre la France et le Qatar.

"Cela s'inscrit dans un contexte de coopération bilatérale plus large", indique pour sa part une source haut-placée. "Cela montre l'importance du partenariat stratégique depuis l'indépendance du Qatar. Au-delà du contrat, cela montre la volonté de rapprochement entre les deux Etats."

D'autres pays en négociation

Depuis son entrée en service en 2004 dans les forces armées françaises, le Rafale avait essuyé six échecs à l'export avant d'aboutir. D'autres discussions sont en cours actuellement, notamment avec la Malaisie et les Emirats arabes unis. Les négociations avec les EAU ont commencé en 2011 pour une soixantaine d'appareils. Mais très vite, le pays avait recalé l'offre française, estimant qu'elle était non-compétitive et irréalisable.

Les spécialistes français expliquaient alors que le Rafale était trop complexe, trop technologique, et qu'il coûte donc trop cher. Il faut rappeler qu'une heure de vol sur Rafale coûte 35.000 euros.

D. L. avec AFP