BFM Business

Une commande de l'armée bienvenue pour Sidès, le fabricant français de camions de pompiers

Sidès, spécialisé dans la conception et la construction de véhicules incendie, a été racheté en 2017 par le groupe Armoric Holding.

Sidès, spécialisé dans la conception et la construction de véhicules incendie, a été racheté en 2017 par le groupe Armoric Holding. - Sidès

Le constructeur de véhicules incendie, en difficultés en 2017, a reçu une grosse commande de l'armée française. La PME de Saint-Nazaire devra lui livrer 50 camions en quatre ans pour un montant total de 25 millions d'euros.

C'est une grosse bouffée d'oxygène pour Sidès, PME industrielle basée à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). L’armée française lui a commandé 50 véhicules incendie pour ses opérations extérieures, représentant un contrat total de 25 millions d’euros. Ces camions, dont les livraisons s'étaleront sur quatre ans, seront utilisés sur les aéroports militaires.

Neuf mois auparavant, une commande de 10 millions d’euros de véhicules anti-incendie destinés aux Sdis (services départementaux d'incendie et se secours) d’Ile-de-France, avait déjà apporté une première bouffée d'oxygène à la PME, rapportait à l'époque le quotidien Ouest-France

A l'échelle de cette PME de moins de 200 salariés, le contrat avec les forces armées, d'un montant record, arrive à point nommé. Ce fabricant de camions de lutte contre le feu sort à peine d'une période difficile sur le plan financier.

La société a été reprise par Armoric Holding en 2017

Fortement endettée, la société Sidès, contrôlée depuis 2013 par un fonds spéculatif allemand du nom de Bavaria, avait été placée en procédure de sauvegarde en 2017. Dans la foulée, sa reprise par le groupe breton Armoric Holding, spécialiste des camions hors norme, avait été validée en mars 2018 par le tribunal de commerce de Nantes.

Le repreneur avait injecté 3 millions d’euros, le passif ayant été divisé par trois (dette réduite de 22 à 8 millions d'euros). L'effectif total repris avait été réduit à 185 salariés contre 200 précédemment.

En dépit de son contrat avec les forces armées françaises, la PME de Saint-Nazaire revendique une forte activité à l'exportation. Ces marchés étrangers absorbent 70% de sa production de véhicules d'intervention conçus pour les deux marchés qu'elle vise: l'aéroportuaire et la sécurité civile. Sa capacité de production est actuellement de deux camions par jour.

Frédéric Bergé