BFM Business

Rolls-Royce veut construire l'avion électrique le plus rapide au monde

-

- - Rolls-Royce

Avec le projet Accel, Rolls-Royce veut créer un avion électrique capable dès 2020 d'atteindre une vitesse de 480 km/h avec une autonomie suffisante pour relier Londres et Paris d'une traite.

Le projet dévoilé par Rolls-Royce est lourd de symbole. La célèbre marque, emblématique de la Grande-Bretagne, prépare un avion électrique monoplace avec deux objectifs: être l'électrique le plus rapide du monde et offrir une autonomie suffisante pour relier Londres et Paris en une traite, soit 350 km à vol d’oiseau. En plein désaccord sur le Brexit, le pari est osé.

Son nom Accel (Accelerating the Electrification of Flight), mais sur sa carlingue en fibre de carbone, le groupe gravera son surnom, "Spirit of innovation" avec un typo qui n'est pas sans rappeler celle utilisée par Lindbergh pour le Spirit of Saint-Louis. 

Le groupe se presse pour que l’Accel soit prêt dès 2020 à relever son défi. Sur son site, le constructeur dévoile déjà des éléments technique. Ce monoplace à hélice atteindra 480 km/h. Pour le moment, le record est détenu par l’Extra 330 LE, un avion de voltige équipé d’un moteur électrique signé Siemens. En 2017, cet avion allemand a atteint 337,5 km/h.

Rolls Royce
Rolls Royce © Rolls Royce

Une équipe d’ingénieurs spécialisés dans l’aéronautique et le sport automobile travaille sur le projet dans un hangar isolé sur l’aéroport de Gloucestershire. Ensemble, ils doivent concevoir le moteur et la batterie capable de réaliser cette performance. Elle travaille avec Electro Flight sur une batterie de 750 kW dotée de 6000 cellules pour alimenter les trois moteurs Yasa 750 E qui délivreront une puissance de 1000 chevaux.

"Cette batterie est la plus puissante jamais construite. Elle est équipée d’un système de refroidissement pour réguler la chaleur et lui permettre de faire un Londres-Paris en une seule charge et sans surchauffe à une vitesse moyenne de 320 km/h", explique Matheu Parr, chef du projet Accel, sur le site de Rolls-Royce.

Cofinancé par le gouvernement britannique, le projet Accel ne vise pas seulement la gloire de devenir l’avion sans émission le plus rapide du monde.

"Cet avion doit devenir un pionnier de la prochaine génération d’avion et de faire du Royaume-Uni un leader de l’aviation électrique", indique Matheu Parr. Et pour y parvenir, il faudra d'abord rejoindre Londres et Paris avant de pousser un jour jusqu’à Bruxelles.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco