BFM Business

Rafale vendu à l'Egypte: une bonne nouvelle pour 500 PME

 Sur les 11 Rafale qui seront produits cette année, 3 sont destinés à l'armée égyptienne.

Sur les 11 Rafale qui seront produits cette année, 3 sont destinés à l'armée égyptienne. - Eric Pernant - AFP

La vente de 24 appareils à l'Egypte est une bonne nouvelle pour Dassault, mais aussi pour les 500 sous-traitants français qui participent à sa fabrication. Cependant, à défaut de créations, il faut parler de pérennisation de 7.000 emplois.

Cette fois c'est fait Dassault va vendre 24 Rafale à l'Egypte. Le contrat sera signé lundi 16 février au Caire. Les négociations se sont déroulées en moins de 3 mois, du jamais vu dans le domaine des ventes d'armes.

Plus qu'une victoire pour le groupe Dassault c'est une bonne nouvelle pour toute la filière aéronautique.

Car si Dassault est le principal bénéficiaire de ce contrat, il pèse pour 60% de la valeur du contrat, c'est l'ensemble de la "Team Rafale" qui va en bénéficier.

A commencer par Thales, qui a en charge toute l'électronique embarquée à bord. Mais aussi Safran, en charge des moteurs et de certains missiles. 

Aux côtés de ces 3 leaders, ce sont aussi une multitude d'équipementiers qui travaillent sur ce programme. Parmi les plus connus, il y a Sagem qui fournit certaines technologies de navigations. Sans oublier Air Liquide qui fournit les systèmes de génération d'oxygène, indispensable pour la sécurité des pilotes dans les phases d'accélération.

Sans oublier des petites entreprises, qui emploient une dizaine de personnes pour fabriquer par exemple certains joints. 

Des cadences de production maintenues

Au total, ce sont 500 équipementiers répartis à travers toute la France qui participent à la fabrication des Rafale. Et 7.000 emplois sont pérennisés, principalement à Mérignac en Gironde où le Rafale est assemblé.

Mais pas de recrutements en vue, reconnait-on chez Dassault Aviation. Car la loi de programmation militaire 2014-2019 table sur une réduction du nombre de Rafale à livrer à l'armée de l'air française. Ce premier contrat d'export va donc prendre le relais pour maintenir la cadence de production. Aussi, sur les onze appareils qui sortiront des chaînes de montage, cette année seuls huit Rafale seront réceptionnés par l'armée française. Et les trois autres iront au Caire, a indiqué Eric Trappier, PDG de Dassault sur BFMTV ce 13 février. La production des quatre années suivante sera partagée à égalité entre les deux pays.

Mathieu Sevin avec C.C.