BFM Business

On Running, le petit Suisse qui bouscule le business du running

On Running

On Running - On Running

Née dans les Alpes suisses, la marque d'équipements sportifs bénéficie du soutien de l'enfant du pays, Roger Federer. Elle pourrait faire une entrée remarquée en Bourse, avec une valorisation estimée à 5 milliards de dollars. 

Dans la course fond qui l'oppose à ses rivaux, On Running remonte la file à vitesse grand V. Née dans les Alpes suisses en 2010, la marque de chaussures de sport est en train de devenir une référence pour les coureurs les plus exigeants, notamment auprès des triathlètes.  

Si les géants du sport comme Nike et Adidas sont bien présents sur ce secteur, On Running se bat surtout avec les spécialistes Brooks, New Balance ou encore le Français Hoka One One. Et à ce petit jeu, il possède quelques soutiens de poids à commencer par l'enfant du pays, le tennisman Roger Federer qui s'est associé avec l'entreprise pour le développement des chaussures. Ce qui permet à On de proposer désormais des chaussures destinées au tennis. 

Mais c'est bien la course de fond qui est le cœur de cible du groupe, réussissant à convaincre des sportifs comme Javier Gomez, quintuple champion du monde de triathlon ou Tim Don, légende de la course Ironman.  

"Pas en compétition pour finir deuxièmes"

Selon le cabinet NPD, On a pris 8% du marché de la chaussure, parmi les spécialistes du running, sur les six premiers mois de l'année aux Etats-Unis. Encore loin du leader Brooks (27%) mais une croissance de feu. Si bien que l'introduction en Bourse est désormais un secret de polichinelle avec une valorisation estimée par Bloomberg à 5 milliards de dollars.  

En attendant cette IPO (non confirmée par l'entreprise), prévue à l'autonome, l'entreprise reste mystérieuse sur ses performances économiques. Le quotidien suisse Neue Zürcher Zeitung a simplement arraché aux deux fondateurs que les effectifs "doublaient tous les 18 mois". 

"Nous ne sommes pas en compétition pour finir deuxième. Est-ce que cela sonne prétentieux?" lâchaient-ils, fin avril. 

Une ambition qui ne s'arrête pas à la chaussure puisque la marque produit aussi du textile. Reste encore à savoir si Running On saura durer dans le temps, face à des rivaux endurants et surtout face aux géants du sport, Nike et Adidas.

L'année dernière, le fabricant a eu l'idée de proposer un concept de chaussures recyclées par abonnement. Contre 30 euros par mois, il suffit de renvoyer sa paire usée qui sera broyée et reconstituée, tous les six mois si nécessaire. 

Thomas Leroy Journaliste BFM Business