BFM Business

Missile hypersonique: l'avance de la Chine et des Russes inquiète Washington

En octobre, la Russie a tiré un missile hypersonique depuis un sous-marin nucléaire

En octobre, la Russie a tiré un missile hypersonique depuis un sous-marin nucléaire - Handout © 2019 AFP

Après les essais de missiles hypersoniques chinois et russes, un haut gradé de l'US Space Force pointe le retard américain.

La guerre spatiale avance à vitesse grand "V". Après les essais d'un missile russe anti-satellite, c'est au tour de la Chine de dévoiler ses capacités de destruction en passant par l'espace. Pékin aurait testé cet été un missile hypersonique capable de lancer à son tour un projectile.

Pour atteindre sa cible, qu'il aurait finalement raté de 30 kilomètres, cette bombe volante aurait fait le tour de la Terre en orbite basse. Une première mondiale qui inquiète les Etats-Unis. Selon le Financial Times, "les experts du Darpa, l'agence de recherche du Pentagone, ne comprennent pas comment il est possible de tirer un projectile depuis un engin volant à une vitesse hypersonique".

De son côté, Pékin dément qu'il s'agissait d'un test de missile. Les autorités chinoises assurent seulement tester une nouvelle technologie de véhicule spatial réutilisable. Les experts américains n'en sont pas convaincus. Des responsables américains estime que cette manœuvre "sophistiquée", si elle a réellement eu lieu, montre que les capacités de la Chine sont supérieures à ce que pensait le Pentagone.

L'US Space Force déplore un retard

Lors du Forum international sur la sécurité de Halifax, au Canada, David Thompson, vice-chef de l'US Space Force, a reconnu que les Etats-Unis sont très en retard en matière de programme d'armes hypersonique par rapport aux Russes et aux Chinois, rapporte Politico.

"C'est un nouveau défi, et n’avons pas encore de missiles similaires mais ça ne veut pas dire que nous n’arriverons pas à les créer. Nous devons comprendre cette technologie, la concevoir et la mettre en œuvre", a déclaré l'officier responsable de la Force spatiale américaine.

Selon Politico, le Pentagone prévoit de disposer de missiles hypersoniques en 2024. La marine vise à mettre sa propre version du missile sur un destroyer en 2025 et sur des sous-marins de classe Virginia en 2028.

Face à ces projets, Moscou est effectivement très en avance. En juillet dernier, le ministère russe de la Défense a publié la vidéo d'un tir d'un missile hypersonique Zircon depuis la Mer Blanche (Arctique russe). Il déclarait sa volonté d'en équiper sous-marins et navires. En octobre, la Russie procédait dans la mer Blanche à deux tirs d'essai à partir d'un sous-marin nucléaire. L'un a été réalisé en surface. Pour le second, le submersible était en plongée à une profondeur de 40 mètres.

Pour faire face à ces menaces, trois géants américains de l'industrie de la défense, Raytheon, Lockheed Martin et Northrop Grumman, vont développer des missiles intercepteurs pour se protéger des attaques hypersoniques. Un contrat de 60 millions de dollars a été conclu avec le Pentagone.

Pascal Samama
https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco