BFM Business

Le porte-avions Charles-de-Gaulle a fini sa cure de jouvence, à plus d'un milliard d'euros

Plus d'un milliard d'euros ont été investi pour la rénovation du Charles-de-Gaulle.

Plus d'un milliard d'euros ont été investi pour la rénovation du Charles-de-Gaulle. - Christophe Simon- AFP

L'unique porte-avions nucléaire français a subi d'importants travaux de rénovation qui ont permis de moderniser les radars, d'améliorer le système d'appontage, et de remplacer le combustible nucléaire. Emmanuel Macron doit s'y rendre le 14 novembre pour y passer une nuit.

Après plus de 18 mois d'importants travaux, le porte-avions Charles-de-Gaulle entré en service en 2001, s'apprête à entamer sa deuxième vie. Après quelque 4 millions d'heures de travail effectuées sur la base navale de Toulon, pour une facture s'élevant à plus d'un milliard d'euros, les travaux de rénovation du seul porte-avions nucléaire français sont achevés. Une rénovation qui devrait le mener jusqu'à son retrait du service actif "autour de 2038".

Sans plus attendre, au large des côtes méditerranéennes le mastodonte de 42.000 tonnes (quatre fois le poids de la tour Eiffel), qui doit se rendre à partir du premier trimestre 2019 dans l'Océan Indien, a entamé un cycle d'entraînements après une premier phase d'essai en pleine mer de ses nouveaux outils.

Modernisation du système de combat

"Nous sommes dans une phase de montée en puissance et nous avons tout à fait confiance en la capacité de l'équipage à retrouver avec ce bateau sa pleine opérationalité", a indiqué jeudi la ministre des Armées Florence Parly, en visite sur le bâtiment quelques jours avant le président de la République. Emmanuel Macron doit s'y rendre le 14 novembre et y passer une nuit.

Outre des travaux d'entretien et de maintenance, le Charles-de-Gaulle a modernisé son système de combat à travers ses radars de veille et de navigation tout comme ses capteurs infrarouges, précise la Marine nationale.

Long de 261,5 mètres, le vaisseau-amiral français qui peut emporter 40 aéronefs, dont 30 avions Rafale, a également revu ses installations d'aide à l'appontage et amélioré sa plateforme. Il s'est doté d'une nouvelle optique "deux fois plus précise" qui permet "d'affiner l'appontage" de ses avions de combat, qui disposent de la plus petite surface au monde, équivalant à un terrain de tennis, pour atterrir à 200 km/h, explique le capitaine de frégate Christophe Charpentier.

Une caméra infrarouge permet également de suivre les Rafale de manière plus efficace, détaille le pilote qui a repris les entraînements à bord du Charles de-Gaulle il y a 48 heures. "C'est comme au piano: on fait nos gammes pour à la fin être capable de jouer un concerto", poursuit le commandant du groupement aérien embarqué.

Un remplaçant en cours d'étude

L'enjeu est de taille pour le porte-avions qui depuis 2001 a effectué plus de 23 tours du monde et a été déployé lors de ses dernières opérations à trois reprises contre le groupe Etat islamique en Méditerranée.

"Il s'agit de préserver notre liberté d'action. Naviguer à travers le globe là où on veut dans un contexte de remilitarisation des espaces maritimes", explique le chef d'Etat-major du groupe aéronaval (GAN), Hugues rappelant que "90% du commerce mondial passe par la mer".

"Un porte-avions joue un rôle particulier (...): c'est un outil qui permet à la France d'avoir une capacité de projection en autonomie", a souligné la ministre Florence Parly qui a annoncé le 23 octobre le lancement du programme de son successeur dont la phase d'étude doit durer 18 mois.

Une période au cours de laquelle les futures caractéristiques du porte-avions seront discutées en ouvrant un choix d'options notamment sur son mode de propulsion, sa taille, son type de catapultage --à vapeur comme sur le Charles-de-Gaulle ou électromagnétique--, a précisé jeudi la ministre. Interrogée sur le lancement d'un deuxième porte-avions comme le souhaite l'Etat-major, la ministre a répondu que "la question sera(it) abordée lorsque les études ser(aient) terminées": "tout est ouvert", a-t-elle assuré.

C.C. avec AFP