BFM Business

Lafarge refuse de modifier son projet de fusion avec Holcim

La fusion Lafarge-Holcim est difficile.

La fusion Lafarge-Holcim est difficile. - Franck Fife - AFP

Le patron du cimentier Lafarge, Bruno Lafont, assure que les parités financière ne bougeront pas, la gouvernance non plus.

Bruno Lafont est clair. Le patron du cimentier Lafarge assure ce samedi 4 avril dans Le Monde qu'il n'est pas question de modifier à nouveau le projet de fusion avec le suisse Holcim, déjà remanié sans contenter tous les actionnaires.

"Les parités financières ne bougeront pas, la gouvernance non plus", a-t-il dit, estimant que la modification du projet consentie le 20 mars était suffisante. "Onze mois après le premier projet, les conditions de marché avaient un peu évolué, et nous l'avons donc amendé, tout en préservant le principe d'une fusion entre égaux", a expliqué Bruno Lafont, qui n'aura pas les commandes opérationnelles du futur ensemble.

A propos du futur patron, il plaide pour le choix d'un "expert du ciment connaissant déjà bien le métier et l'entreprise". Dans le Financial Times samedi, un dirigeant de Groupe Bruxelles Lambert, l'une des holdings du milliardaire belge Albert Frère et actionnaire principal de Lafarge, réclame lui un patron capable d'insuffler une "nouvelle culture". "Il faudrait quelqu'un doté d'une expérience différente et d'un profil international", dit Gérard Lamarche, administrateur délégué de la société.

Eurocement prévoit de voter contre le mariage

Lafarge et Holcim avaient trouvé le 20 mars un accord censé sauver leur projet de fusion, qui revoyait les conditions des échanges de titres, désormais 9 actions Holcim contre 10 actions Lafarge au lieu d'une parfaite parité. Et qui confiait à Bruno Lafont le rôle de coprésident du futur géant du ciment.

Ces aménagements n'ont toutefois pas convaincu tous les actionnaires. Selon l'agence Bloomberg, le deuxième actionnaire d'Holcim, la société russe Eurocement qui en possède 10,8%, prévoit de voter contre le mariage lors d'une assemblée générale en mai. Selon Le Monde, le troisième actionnaire d'Holcim, Harris Associates, réserverait encore sa réponse. Bruno Lafont a cependant assuré au quotidien du soir que "la fusion n'était pas en danger".

D. L. avec AFP