BFM Business
Industries

La rustine, cette invention centenaire qui a révolutionné le cyclisme et la langue française

Logo Rustine

Logo Rustine - Rustin

Avant de devenir une expression courante, la rustine est une invention française de Jean Rustin et Paul Doumenjou. Elle fête cette année son centenaire.

Son anniversaire aurait pu passer inaperçu, si France Bleu n'avait pas rappelé que la rustine fête cette année son centenaire. Sans cette invention française, combien de pneus auraient fini dans une poubelle plutôt que réparés. C'est ce qui a incité Jean Rustin, cycliste amateur et propriétaire d'un atelier de rechapage de pneus aux Batignolles, et Paul Doumenjou, un ingénieur chimiste, à inventer en 1921 de quoi boucher un trou avec une simple rondelle de caoutchouc à coller sur le pneu. La commercialisation démarre dès l'année d'après en juillet 1922.

Rustine
Rustine © Rustin

L'invention de ce cycliste qui ne voulait plus crever a révolutionné la vie des cyclistes. En 1923, le journal La Pédale fait l'éloge de ce procédé qui est rapidement adopté par tous les Français. Et pour cause, avec une rustine, les réparations sont simples, rapides et pas chères avec un produit "fabriqué en France", comme le met en avant un slogan de la marque. Un kit est créé composé de rondelles de caoutchouc, d'un grattoir et d'un petit tube de colle.

Aujourd'hui, ce produit est toujours produit dans la même usine, à Crousilles dans la commune de La Chartre-sur-le-Loir dans la Sarthe. La société Rustin a depuis élargi son activité. A partir des années 50, l'entreprise familiale se lance dans l'automobile, le ferroviaire puis l'aéronautique avec toutes sortes de produits en caoutchouc notamment des joints d’étanchéité. Parmi ses clients, des géants comme Alstom, Airbus ou la SNCF.

Ainsi, la production des rustines n'est plus au cœur de l'entreprise même si elle en est l'âme. Si certaines années, la production est montée à plus de 30 millions d'unités par mois, elle ne vend plus aujourd'hui que 300 kits par an, selon France Bleu. En revanche, elle est toujours dirigé un membre de la famille Rustin. Louis, l'actuel PDG est en effet l'arrière-petit-fils de Jean, le créateur. Malgré ces ventes en baisse, la rustine est entrée dans le quotidien des Français en devenant un nom commun, comme Frigidaire, Scotch, Caddie ou Cocotte-minute.

Mais à l'inverse de ces marques, la rustine est allée plus loin en devenant synonyme d'un moyen dérisoire pour corriger un problème important. Les médias et les politiques en sont friands: "l'hôpital ne va pas se rétablir à coup de rustines" ou “nous avons pris acte de la loi sur le pouvoir d'achat, mais pour nous, ça s'appelle des rustines".

Pascal Samama
https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco