BFM Business
Industries

La France réalise avec succès le tir d'essai d'un missile nucléaire sans charge

La France a procédé à un tir de qualification d'un missile air sol moyenne portée qui équipera les Rafale jusqu'en 2035

La France a procédé à un tir de qualification d'un missile air sol moyenne portée qui équipera les Rafale jusqu'en 2035 - MBDA

Le ministère des Armées annonce le tir d'essai réussi d'un missile nucléaire moyenne portée sans charge depuis un Rafale de la base aérienne 120 de Cazaux.

La France montre ses capacités de dissuasion, alors qu'une potentielle escalade militaire de la Russie sur l'Ukraine est évoquée par les experts. Mercredi 23 mars, un Rafale a décollé de la base aérienne 120 de Cazaux (Gironde) armé d'un missile nucléaire ASMP (air-sol moyenne portée)-A sans charge. Ce type de missile peut viser une cible jusqu'à 500 kilomètres. Dans un communiqué du ministère des Armées, Florence Parly a annoncé le succès de ce tir d'essai opéré par la DGA (direction générale de l'armement).

Développé par MBDA, ce missile tactique est la version rénovée du modèle ASPM entré en service en 2009 pour équiper les Mirage 2000. Il sera en service jusqu'en 2035 avec l'arrivée d'une nouvelle génération.

"Ce succès marque l'entrée en phase de production du missile ASPM-A rénové, prérequis avant sa mise en service par les forces aériennes stratégiques de l'armée de l'Air et de l'Espace et dans la force aéronavale de la Marine nationale", indique le ministère des Armées dans son communiqué.

Missile "pré-stratégique"

Le ASMP-A est conçu pour emporter une tête nucléaire aéroportée d'environ 300 kilotonnes, soit une puissance environ vingt fois supérieure à la bombe d'Hiroshima. Il est propulsé par un moteur statoréacteur qui permet de réduire sa taille et son poids et d'être propulsé par un Rafale volant "à des vitesses supersoniques élevées", indique MBDA.

Si ce tir de qualification a été réalisé en pleine guerre en Ukraine, le ministère des Armées précise qu'il était programmé de longue date sans relation avec l'invasion russe. Reste que cette annonce est un rappel des capacités de dissuasion nucléaire de la France. Ce missile est qualifié de "pré-stratégique" et vise à prévenir d'une possibilité de frappe massive effectuée par les missiles balistiques qui équipent les sous-marins nucléaires lanceur d'engins (SNLE).

Le 22 mars, Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe, a rappelé sur CNN International la doctrine de son pays sur l'emploi de la bombe nucléaire. Il affirme que Moscou n'utilisera l'arme nucléaire en Ukraine qu'en cas de "menace existentielle" contre la Russie.

Pascal Samama
https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco