BFM Business

L’US Army a inventé l’armure ultime en observant des huîtres

L'US Army développe un nouvelle matière plus légère et plus résistante que l'acier

L'US Army développe un nouvelle matière plus légère et plus résistante que l'acier - U.S. Army photo by Sgt. Steven Lewis

Cette pearl armor sera fabriquée à partir d'un plastique 14 fois plus résistant et 8 fois plus léger que l’acier. Elle servira pour les casques et les gilets pare-balles, ainsi que les blindages de véhicules terrestres, de navires et d’hélicoptères.

C’est en observant une huître, et plus précisément le processus de formation de la nacre que les chercheurs du Renew Institute, une unité de l’Université de Buffalo (New York) et ceux du laboratoire de recherche scientifique de l’armée américaine, l’Army Research Office (ARO), ont décidé de financer une innovation étonnante. Un plastique 14 fois plus résistant et 8 fois plus léger que l’acier.

Cette matière, polyéthylène de poids moléculaire ultra élevé (UHMWPE), est aussi capable d’absorber l’impact des projectiles. Elle va permettre de créer une véritable pearl armor d'à peine 2 kilos contre une vingtaine pour les gilets pare-balles traditionnels.

"Les mollusques créent la nacre à partir d’une structure ressemblant à des briques imbriquées ce qui la rend 3000 fois plus résistante que la matière qui la constitue", dévoile un document publié par l’armée américaine et repéré par le site Opex360.
Une armure américaine
Une armure américaine © U.S. Army CCDC Army Research Laboratory

En se basant sur ce processus, les chercheurs se sont inspirés des perles pour concevoir "un matériau doté d’une coque extérieure extrêmement solide et d’un renfort interne plus souple, capable de se déformer et d’absorber les projectiles".

Selon le Dr Shenqiang Ren, professeur au département de génie mécanique et aérospatial du RENEW Institute, cette matière servira à créer des protections individuelles mais aussi des blindages de véhicules terrestres, de navires et d’hélicoptères. En attendant, il s’agit de créer une nouvelle génération de pare-balle pour remplacer ceux qui, pour les plus efficaces, peuvent peser près d’une vingtaine de kilos.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco