BFM Business

Florange: un rapport indique qu'ArcelorMittal a tenu ses engagements

ArcelorMittal va investir au total plus de 190 millions d'euros

ArcelorMittal va investir au total plus de 190 millions d'euros - Jean-Christophe Verhaegen - AFP

Le comité de suivi mis en place par le gouvernement après l'annonce de la fermeture des hauts-fourneaux lorrains juge, dans un document, que le groupe a respecté ses obligations en matière d'investissements et d'emplois.

Plus de 4 ans après la fermeture des hauts fourneaux de Florange en Lorraine, qui avait entraîné la suppression de 629 emplois, ArcelorMittal a largement respecté ses engagements pris envers l'État en novembre 2012, indique lundi un rapport du comité de suivi.

"Le bilan à la fin mars 2017, alors que le terme n'est pas encore échu, est celui d'un large respect des engagements pris par le groupe ArcelorMittal envers l'État", observe le comité dans un document de 28 pages remis au Premier ministre Bernard Cazeneuve.

Plus de 190 millions d'euros d'investissements

Le comité, mis en place après la fermeture des hauts fourneaux lorrains, constate que les engagements ont été respectés, avec 161 millions d'euros d'investissements "concrétisés" alors qu'en novembre 2012, ArcelorMittal s'était engagé "de manière inconditionnelle" à réaliser à Florange pour 180 millions d'euros d'investissements sur 5 ans.

"Les engagements dépasseront les 190 millions d'euros à la fin de l'année" et "d'autres projets sont en cours, à l'étude ou à l'arbitrage décisionnel, avec la perspective de dépasser les 200 millions d'euros, courant 2018", précise le document.

Quant à l'engagement d'ArcelorMittal de maintenir les hauts fourneaux en l'état, "force est de constater que l'engagement est respecté", note le comité pour qui la CGT avait ouvert "une polémique exagérée sur un soi-disant début de démantèlement qui ne s'est pas concrétisé".

Pas de licenciement sec

"Ce n'est pourtant qu'à l'issue d'une période de 6 ans, en décembre 2018, qu'Arcelor Mittal s'est engagé à évaluer le redémarrage d'un début d'activité", rappelle le rapport.

Le comité relève cependant que "la dégradation des hauts fourneaux et leur obsolescence nécessiterait dans cette hypothèse de très importants travaux d'investissements de plusieurs dizaines de millions d'euros".

En terme d'emplois, aucun des 629 emplois supprimés n'a été concerné par une procédure de licenciement, note le rapport: 333 salariés ont bénéficié d'une nouvelle affectation, auxquels s'ajoutent 256 départs à la retraite avec des aménagements et 40 départs volontaires.

Présidé par François Marzorati, ancien sous-préfet de Thionville, le comité de suivi réunit des élus locaux, des représentants syndicaux et des services de l'État. Il est chargé par Matignon de veiller aux respect des engagements d'ArcelorMittal pris vis-à-vis de l'État le 30 novembre 2012.

J.M. avec AFP