BFM Business

Elon Musk dévoile un projet pharaonique dans un tweet mystérieux

Pour faire baisser le coût des travaux, Elon Musk compte racheter les foreuses qui ont servi en Chine.

Pour faire baisser le coût des travaux, Elon Musk compte racheter les foreuses qui ont servi en Chine. - Herrenknecht

Après l’aérospatial et l’automobile, Elon Musk s’attaque aux travaux publics. Dans un tweet mystérieux, le milliardaire évoque The Boring Company, un projet qui vise à éradiquer les embouteillages en créant des routes souterraines pour relier les villes et les pays.

"Il y a des signes qui ne trompent pas. Si l’on tape "Boring" dans le moteur de recherche de Google, le mot est directement lié à Elon Musk. Le patron de Tesla et de SpaceX est-il passé de "amazing" (incroyable) à "boring" (ennuyeux) comme l’insinue le compte Twitter parodique "Bored Elon Musk"? Loin de là. Il s’agit d’un nouveau projet pharaonique pour lutter contre les embouteillages. Pourquoi "boring"? Car comme il le tweetait récemment, le patron américain en a marre de s'ennuyer dans les embouteillages.

Avec Boring Company en effet, Elon Musk veut percer des réseaux de tunnels sous les grandes villes pour désengorger la circulation en les ouvrant aux véhicules électriques, mais aussi faire passer des trains supersoniques Hyperloop. 

Pour lancer ce nouveau projet, Elon Musk n’a pas organisé une conférence de presse. Il a utilisé son mode de communication préféré: Twitter. Mais il n’a pas non plus fait une annonce en 140 signes. Il a juste publié la photo d’une casquette de base-ball brodée: The Boring Company avec un "O" plein pour symboliser un tunnel.

Ce projet évoqué il y a quelques mois et qui a aussi été présenté à Donald Trump en décembre dernier serait donc en phase de réalisation. La première ville du monde à bénéficier de cette infrastructure souterraine serait Los Angeles. Et comme à son habitude, Elon Musk compte aller vite et faire moins cher. Pour cela, il compterait utiliser les foreuses du groupe allemand Herrenknecht, comme l’avait dévoilé le dirigeant à Bloomberg en décembre. Ces machines sont des monstres d'acier de 1.200 tonnes de 20 mètres de diamètre. Ces engins, qui ont entre autre servis pour le tunnel du Gothard en Suisse, coûtent 15 millions de dollars, mais Boring voudrait les acheter d’occasion en Chine 90% moins cher que les neuves. Musk compte également les améliorer pour tripler la cadence de perçage encore trop faible à son goût.

Un argument pour convaincre Donald Trump

Les spécialistes du secteur prennent au sérieux le projet, mais l’optimisme de Musk les interroge. Pour Bent Flyvbjerg, professeur en génie civil à la Said Business School d'Oxford, ce type de chantier coûte généralement "32% plus cher que prévu et nécessite 22% de temps". Pour lui, on ne peut garantir ce que l’on trouvera dans les sous-sols. "Peu importe le nombre de tests que vous faites, combien d'échantillons vous prélevez, vous ne pouvez pas savoir exactement ce que vous percez". 

Elon Musk compte affronter ces risques comme il l’a fait avec SpaceX dans les lanceurs spatiaux à la surprise de tous les spécialistes du secteur de l’aérospatial. "L'industrie de la construction est le seul secteur de l'économie qui n'a pas amélioré sa productivité au cours des 50 dernières années". Et pour obtenir le soutien des pouvoirs publics, il donne un argument qui devrait convaincre Donald Trump. Boring pourrait créer bien plus d’emplois que les 35.000 de Tesla et de SpaceX réunis. Un argument de poids pour le président américain qui a promis de débloquer un budget de 1.000 milliards de dollars pour la modernisation les infrastructures américaines de transports.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco