BFM Business

DSK est-il le "lobbyiste" de Philip Morris contre le paquet neutre?

DSK aurait déjà organisé une rencontre entre Amancio Sampaio, patron de Philip Morris, et Paul Boury, un proche du gouvernement.

DSK aurait déjà organisé une rencontre entre Amancio Sampaio, patron de Philip Morris, et Paul Boury, un proche du gouvernement. - Philippe Huguen - AFP

Pour aider l’industrie du tabac dans la lutte contre le paquet neutre, DSK aurait mis son carnet d’adresses à contribution.

Coup dur pour l’industrie du tabac. À la veille de l’examen en seconde lecture de la loi santé qui mettra en place le paquet neutre, une information qui aurait dû rester discrète se retrouve dans la presse. Selon le JDD, "Philip Morris aurait tenté un coup de force [contre la loi santé, NDLR] avec l’aide d’un lobbyiste de renom : Dominique Strauss-Kahn."

Le quotidien s'appuie sur plusieurs sources pour affirmer que Gilles August, patron du cabinet d’avocats August & Debouzy, aurait joué les intermédiaires entre Philip Morris dont il est l’avocat, et l’ancien directeur du FMI afin qu’il donne "un coup de main pour ouvrir les portes".

Une rencontre entre le patron de Philip Morris et un proche du gouvernement

L’entourage des deux hommes réfute ce contrat. Et selon un ami de DSK interrogé par le JDD, "Dominique ne prend jamais de contrat français pour éviter toute polémique."

Peut-être, mais DSK aurait tout de même organisé il y a déjà deux mois une rencontre entre Amancio Sampaio, patron de Philip Morris, et Paul Boury, un proche du gouvernement.

Le "coup de main" de DSK aux cigarettiers ne se limiterait pas à Philip Morris. Toujours selon le JDD, l’ancien ministre de l’Économie donne également quelques conseils à Sicpa, un fabricant suisse d’encres sécurisées, qui travaille sur le marquage des paquets dans la lutte contre la contrebande.

Dominique Strauss-Kahn aurait mis son carnet d’adresses à contribution pour le recrutement du dirigeant d’une "entreprise russe dont Sicpa sera actionnaire aux côtés d’investisseurs russes et moyen-orientaux". Sur ce dossier, Yves Trévilly, directeur général de Sicpa, assure "qu’il n’y a pas de contrat" avec DSK.

Pascal Samama