BFM Business

60 ans après son invention, la cassette audio s'offre une seconde vie

Un baladeur cassette de la marque Sanyo

Un baladeur cassette de la marque Sanyo - CC, Flickr (Nick Stanley)

L'inventeur de la cassette audio, le néerlandais Lou Ottens, est mort le 6 mars dernier à 94 ans. Et même si l'heure est désormais à la musique dématérialisée, la bande magnétique est de nouveau prisée par les artistes, pour le plus grand plaisir de l'entreprise française Mulann, une des deux seules au monde à fabriquer des cassettes audio.

Dans l'industrie de la musique, l'année 1963 fera date. C'est la sortie de l'album The Freewheelin de Bob Dylan, celle de Surfin' U.S.A des Beach Boys ou encore de Twist and Shout. Mais c'est surtout l'invention de la cassette audio, petit objet désormais désuet qui a pourtant bouleversé l'approche de la musique.

Son inventeur, le néerlandais Lou Ottens, est mort le 6 mars dernier à 94 ans. Directeur de Philips Audio, il assurait n'avoir "rien fait de spécial". Pourtant, la cassette permettra l'émergence du Walkman dans les années 1980 mais aussi de l'enregistrement à la maison.

Finalement dépassée par les disques puis reléguée au passé par le mp3, la cassette ressemble désormais à un outil musical primitif. Il ne faudrait pourtant pas l'enterrer trop vite. De la même façon que le vinyle a retrouvé des couleurs, poussé par quelques nostalgiques du "grain" si particulier des 33 tours, la cassette retrouve ses lettres de noblesse.

30.000 cassettes par mois

Jusqu'en 2019, une seule entreprise au monde continuait de fabriquer des bandes magnétiques pour les cassettes audio. Elle a finalement été rejointe par Mulann, fabrique installée en Normandie et en Bretagne.

Pour Mulann, l'année 2020 a été compliquée. L'entreprise a demandé d'être placée en redressement judiciaire et s'apprête à officialiser l'arrivée d'un nouvel investisseur pour assurer la reprise. Ce n'est pas la cassette audio qui a plombé les comptes mais plutôt l'autre activité du groupe, la bande magnétique pour les cartes bancaires, à l'heure du sans contact.

La cassette va très bien, assure le patron Jean-Luc Renou. Quand on a commencé, on fabriquait 9.000 cassettes par mois, aujourd'hui on en est à 30.000".

Il est vrai que les labels indépendants sont friands des cassettes. Mais plus seulement. Mulann a signé des contrats – évidemment confidentiels – avec de grandes stars américaines, "qui font plus d'un milliard d'écoutes sur Spotify". Rendez-vous en avril pour connaître les noms…

Lady Gaga, Dua Lipa, Selena Gomez…

Ils ne seront pas les premiers. En 2013, Daft Punk avait sorti son album Random Access Memories en cassette, une habitude prise depuis les débuts du groupe. Un an plus tard, le film Les Gardiens de la Galaxie mettait en scène un amateur de chansons des années 1980, écoutées sur Walkman. Mise sur le marché, la cassette du film va connaître un énorme succès.

Depuis, tout le monde s'y met: Lady Gaga, Dua Lipa, Selena Gomez… Au Royaume-Uni, les ventes ont même doublé en 2020. Mulann en a d'ailleurs profité pour relancer le baladeur afin d'accompagner cette renaissance.

Forcément, la cassette restera un marché de niche. Mais les amateurs existent bien.

C'est un grain particlier, une chaleur agréable, explique Jean-Luc Renou. La musique en ligne, c'est un parquet chauffant. La cassette, c'est un feu de cheminée."
Thomas Leroy Journaliste BFM Business