BFM Business
Entreprises

French Tech Next40/120: quels sont les changements de la promotion 2022?

Lancé en 2019, le programme French Tech Next40/120 accompagne les start-ups françaises les plus performantes pour les aider à devenir des leaders technologiques de rang mondial.

Après une année 2021 record en terme de levées de fonds pour les start-ups françaises, Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique, a annoncé ce mardi la composition de la promotion 2022 du French Tech Next40/120.

Lancé en 2019 par le Président de la République, le programme French Tech Next40/120 piloté par la Mission French Tech, accompagne les start-ups françaises les plus performantes pour les aider à devenir des leaders technologiques de rang mondial.

Huit entreprises qui n’étaient pas dans le classement l’année dernière entrent dans le Next40:

  • IAD (immobilier)
  • Sorare (cartes de sport virtuelles)
  • Dental Monitoring (solutions de soins connectés aux professionnels de santé)
  • Loft Orbital Technologies (services clés en main satellitaires)
  • Descartes Underwriting (assurance paramétrique)
  • 360 Learning (apprentissage collaboratif)
  • Malt (mise en relation entre freelances et entreprises)
  • Lifen (e-santé)

Deux sociétés ont quitté le Next40: OVH et Believe qui ont été introduits en bourse, le saint Graal pour les start-ups françaises et objectif ultime de ce classement.

Au global, "entre 30% et un tiers des sociétés qui sont renouvelées dans ce classement", explique Cédric O sur BFM Business ce mardi. Il rappelle que les 120 entreprises classés "bénéficieront d'un accompagnement particulier de la mission French Tech pour leur faciliter la vie notamment auprès de l'administration".

Visibilité et label d'excellence

"Le Next40/FrenchTech 120 a eu un impact similaire à celui de la marque French Tech. Il a rendu visible quelque chose qui était sous-jacent, mais qui n'avait pas d'existence médiatique car il n'était pas quantifié. Cela a apporté de la visibilité, de la marque employeur, un label d'excellence, qui a consolidé le phénomène start-up et l'importance de l'écosystème" explique Cédric O aux Echos.

La moitié de cet indice prestigieux est désormais composé de licornes, ces start-ups valorisées plus d'un milliard d'euros. On en compte désormais 26 en France.

Mécaniquement, les conditions d'entrée dans le classement ont été revues à la hausse. La levée de fonds la plus faible dans le Next40 est ainsi passée de 22 millions d'euros en 2021 à 49,6 millions en 2022. Pour les 80 entreprises compétant le tableau, le ticket minimum est de 30 millions cette année pour 23 millions d'euros en 2021. Tout comme le chiffre d'affaires qui est en nette hausse.

Les entreprises de cette nouvelle promotion prévoient de créer 19.000 nouveaux emplois en France et dans leurs filiales à l’étranger d’ici la fin de l'année, estime le gouvernement.

19.000 créations d'emplois cette année

"Cet objectif représente presque le double des prévisions de la sélection de l’année dernière et traduit l’accélération continue de notre écosystème, partout en France", peut-on lire dans un communiqué.

Parmi elles, la start-up industrielle Aledia prévoit 550 recrutements à Grenoble d’ici 2025, la licorne Ankorstore près de 1500 salariés d’ici 2023 partout en France ; la licorne industrielle Exotec va recruter 500 ingénieurs R&D dans ses locaux près de Roubaix.

Par ailleurs, si le nombre de sièges sociaux régionaux dans le classement est stable par rapport à l’année dernière, des entreprises-phares de l’écosystème ouvrent des bureaux dans les territoires tels que Doctolib à Nantes, Back Market à Bordeaux ou encore Ledger à Grenoble.

"En l’espace de quelques années, la French Tech a fait des pas de géants: plus de 11,6 milliards d'euros ont été levés en 2021, le cap des 25 licornes vient d’être franchi avec 3 ans d’avance, les 20.000 start-up françaises représentent déjà 1 million d’emplois, deux entreprises technologiques - OVHcloud et Believe - se sont cotées en bourse pour des valorisations à plus de 1 milliard l’année dernière, ce qui n’était pas arrivé depuis plus de 25 ans", s'enthousiasme Cédric O.

Peu de start-ups industrielles

"Cette croissance sans précédent se retrouve dans le classement du French Tech Next40/120, dont les niveaux de performance économiques sont de plus en plus élevés. Il s’agit un baromètre essentiel de la vitalité de notre écosystème. S’il nous permet de prendre conscience du chemin parcouru, ce classement aussi un bon indicateur des étapes qu’il nous reste à franchir, notamment en termes de mixité et de diversité dans la French Tech" poursuit-il.

Reste la question de la présence assez faible de start-ups industrielles dans ce classement.

"Aujourd'hui, il y a une licorne industrielle et deux autres dans le Next40. Nous pensons que nous allons voir dans les années qui viennent de nouveaux acteurs industriels émerger. Il y aura un soutien particulier aux start-ups industrielles avec 2,3 milliards d'euros investis dans les années qui viennent. On veut faire émerger, de la même manière qu'il y a des Tesla, un nouveau tissu industriel français ici en Europe" explique Cédric O sur BFM Business.
Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business