BFM Business

Vidéo: Endetté, ArcelorMittal n'est pas en position pour négocier

Les revenus du groupe ont fondu avec la crise

Les revenus du groupe ont fondu avec la crise - -

Après les propos d'Arnaud Montebourg, les négociations vont devenir encore plus tendues. Mais le groupe de sidérurgie, victime de la crise, a peu de marge de manœuvre. Reportage vidéo: Fabien Crombé

ArcelorMittal a-t-il une "dette astronomique" en France? Arnaud Montebourg, qui avait lancé cette affirmation –démentie depuis par le groupe- la semaine dernière, ne se pose même plus la question aujourd’hui, lundi 26 novembre. Il a été clair dans Les Echos, "nous ne voulons plus de Mittal en France. Ils n’ont pas respecté la France", assène-t-il.

Le sidérurgiste, de son coté, se déclare "extrêmement choqué" par ces propos. Et les syndicats sont inquiets. "Je ne suis pas certain que de tels propos soient de nature à faciliter une solution sur Florange et à rassurer les autres salariés d’ArcelorMittal en France", souligne dans Le Monde, Xavier LeCoq, représentant de la CGC. Car ArcelorMittal en France, c’est tout de même 20 000 salariés répartis sur 150 sites.

Pour calmer le jeu, François Hollande recevra le PDG de l'aciériste, Lakshmi Mittal, demain mardi 27 novembre à l'Elysée.

L’enjeu de la bataille: l’usine de Florange. Le ministre veut contraindre ArcelorMittal à céder l’intégralité de l’usine, pas seulement les hauts-fourneaux ou la cokerie. "On a accepté d’ajouter la cokerie dans la corbeille alors que le groupe préférerait la garder", a déclaré l’entourage du PDG.

Mais ArcelorMittal pourra-t-il vraiment négocier, à moins d'une semaine de la date butoir? Le groupe, victime de la crise, a vu ses revenus fondre.

> La dette du groupe dépasse les 23,2 milliards de dollars

> Au premier semestre 2012, l’excédent brut d’exploitation n’était que de 3,4 milliards d’euros, contre 4,6 milliards à la même période l’année dernière. Il était de 10 milliards d’euros au premier semestre 2008

> Le groupe a subi sa première perte trimestrielle, chiffrée à 700 millions d’euros

> "La dégradation de Standard & Poor's (cet été) va entraîner une charge financière supplémentaire de 100 millions de dollars par an", a souligné Alan Vandenberghe, analyste chez Petercam dans Les Echos

> La dégradation de S&P faisait suite à celle de Fitch et a précédé celle de Moody’s. Ces dégradations pourraient entraver la capacité du groupe à se refinancer

> En 2013, le dividende annuel sera ramené à 0,20 dollar par action, contre 0,75 dollar cette année.

> En Europe, ArcelorMittal perd du terrain dans l'acier. Sa part de marché serait passée de 29% à 24% entre 2005 et 2011, selon le cabinet Laplace Conseil

> En 2011, la production d’acier dans l'Union européenne s'est élevée à 177,4 millions de tonnes (Mt), soit 16% de moins que le niveau de 2007 (210,18 Mt), selon les chiffres de la World Steel Association (WSA).

> En juin, le groupe a été relégué à la seizième place du classement des grands aciéristes mondiaux par le consultant World Steel Dynamics

Diane Lacaze