BFM Business

Transition énergétique: "un crédit d'impôt beaucoup plus attractif" pour les propriétaires

François Brottes, le président de la commission des Affaires économiques à l’Assemblée nationale, était l'invité de BFM Business.

François Brottes, le président de la commission des Affaires économiques à l’Assemblée nationale, était l'invité de BFM Business. - -

François Brottes, le président de la commission des Affaires économiques à l’Assemblée nationale, était l'invité de BFM Business ce mercredi 18 juin. Il a évoqué le futur projet de loi sur la transition énergétique, et notamment la rénovation thermique de l'habitat.

Le futur projet de loi sur la transition énergétique est désormais sur les rails, les grandes lignes ayant été présentées par Ségolène Royal en Conseil des ministres, ce mercredi 18 juin.

Invité de BFM Business quelques heures plus tard, François Brottes, le président de la commission des Affaires économiques à l’Assemblée nationale, est un peu plus entré dans le détail. Notamment en ce qui concerne la rénovation thermique de l’habitat, qui constitue l’un des défis majeurs des prochaines années. Selon lui, le futur texte aura un triple avantage:

# Des démarches plus simples

"Aujourd’hui, c’est très compliqué d’obtenir un "écoprêt". Il faut devoir faire toutes sortes de travaux, etc. On va simplifier la norme, ce qui peut permettre de gagner du temps et de l’énergie à la sortie", a assuré François Brottes.

# Un allègement fiscal conséquent

"On va avoir un système de crédit d’impôt qui va être doublé, donc beaucoup plus attractif", a affirmé le député socialiste. Interrogé sur le manque à gagner pour l'Etat, il a tenu à relativiser. "Quand vous faites un crédit d’impôt pour que les gens fassent des travaux, quand vous faites travailler des entreprises qui vont payer des impôts, qui vont mobiliser de la TVA, qui vont neutraliser du chômage (qui coûte cher à toute la société), vous avez tout de suite des dépenses passives qui se transforment en dépenses actives pour la croissance", a-t-il indiqué.

# Le tiers financeur, la "solution miracle"

François Brottes a également insisté sur le concept de tiers financeur. Il s'agit en fait de "permettre aux gens d’avoir quelqu’un qui porte le financement à leur place".

"On peut convaincre les propriétaires. La rénovation thermique, cela côute entre 15.000 et 30.000 euros par logement. Le tiers financeur porte le financement de cet investissement, et récupère le capital qu’il a investi et les intérêts au moment de la mutation (héritage, vente, etc.)", a-t-il détaillé.

"Comme le bien a pris de la valeur, et comme le propriétaire a bénéficié du confort, il est tout de même gagnant. Il faut juste qu’il accepte qu’il y ait un moment de remboursement. Le problème, c’est d’avoir des acteurs tiers financeurs qui portent le financement pendant plusieurs dizaines d’années".

Y. D.