BFM Business

Transition énergétique: l'exemple allemand à suivre?

En Allemagne, les industries éoliennes et photovoltaïques vont faire face à plus de contraintes.

En Allemagne, les industries éoliennes et photovoltaïques vont faire face à plus de contraintes. - -

Pour leur dernier conseil des ministres ce 30 juillet, les membres du gouvernement discutent de transition énergétique. En Allemagne, où elle est bien engagée, des problèmes se sont posés.

Le dernier conseil des ministres avant la rentrée se tient ce mercredi 30 juillet. Au menu: la transition énergétique. Le projet de loi, présenté par Ségolène Royal en juin, fixe l'objectif d'une baisse de 30% d'ici 15 ans de la consommation d'énergie fossile. Il prévoit de réduire la part du nucléaire à 50% en 2025, contre 75% aujourd'hui. Enfin, il place la part de l'énergie consommée provenant de sources renouvelables à un tiers du total.

Concernant les renouvelables précisément, l'Allemagne, elle, a au contraire décidé récemment de marquer une pause. Non pas qu'on ne mise plus sur elles, mais leur développement parfois incontrôlé ces dernières années a posé de nombreux problèmes.

Les renouvelables pèsent déjà 25% de la consommation d'énergie en outre-Rhin. Mais cela coûte cher. Elles ont bénéficié depuis des années d'une une taxe prélevée sur chaque kilowattheure produit et consommé.

Les ménages supportent seuls la transition

A l'arrivée, la facture s'est envolée pour les consommateurs allemands. Elle sera de 24 milliards d'euros cette année pour les ménages qui, et c'est tout le problème, sont quasiment les seuls à en supporter le coût. Les grandes entreprises ont été, elles, relativement épargnées.

Autre difficulté: la priorité donnée aux renouvelables pèse sur la rentabilité des centrales à gaz et à charbon. La future loi promet du coup d'être plus contraignante avec l'industrie verte. La montée en puissance de l'éolien et du photovoltaïque sera plafonnée d'ici quelques années. Et alors que leurs prix sont aujourd'hui garantis, les producteurs seront désormais mis en concurrence par un système d'appels d'offres.

Guillaume Paul