BFM Business

Total à la WGC2015 : propulser le gaz au cœur du futur mix énergétique mondial

-

- - -

Du 1er au 5 juin, Paris accueille la World Gas Conference 2015. Cette 26e édition sera marquée par la prise d’engagements importants en matière de climat de la part de tous les acteurs qui comptent dans cette industrie. C’est aussi l’occasion pour Total d’affirmer son rôle de meneur dans cette démarche et de rappeler ses investissements majeurs dans le gaz dans un monde qui demandera plus d’énergie.

Une WGC2015 qui regarde vers la COP21

Organisée par l’International Gas Industry (IGU*), la World Gas Conference (WGC) est un évènement majeur qui rassemble, tous les trois ans, les acteurs mondiaux de l’industrie du gaz.

Cette année, c’est Paris qui accueille, du 1er au 5 juin, la 26e édition de cette rencontre placée sous le signe de la « croissance durable de l'industrie gazière mondiale ».

Coïncidence des calendriers internationaux, la WGC se déroule quelques mois avant un autre rendez-vous parisien attendu, la COP21, où il sera question -dans le meilleur des scenarii- d’accords internationaux sur le carbone et le climat..

De fait, la quasi-totalité des stands du hall 1 du parc des expositions de Paris, arboraient en grandes lettres « sustainable » (durable), « long-term perspective » (perspective long terme) ou encore « energy for all» (l’énergie pour tous).

Pour Laurent Vivier, promu Directeur Gaz de Total au 1er août, l’explication est simple : « ce congrès prend une dimension particulière avec la perspective de la COP21. Dans toutes les annonces qui sont et seront faites à l’occasion de celui-ci, le climat sera évoqué et les sociétés énergéticiennes montreront qu’elles prennent à bras le corps ce sujet et veulent être force de proposition. C’est nouveau, c’est assumé et c’est cohérent avec ce que la société attend. »

Une réelle implication face à un enjeu mondial ?

Constat que confirmait Patrick Pouyanné, directeur-général de Total -sponsor-hôte de la WGC 2015- dans son introduction d’ouverture de la conférence : « Je suis persuadé que les thèmes qui seront abordés au cours des prochains jours pourront éclairer les débats sur le réchauffement climatique qui se tiendront en décembre prochain à Paris. Et je voudrais vous dire comment le gaz, énergie d’avenir, peut y contribuer » soulignant combien il était « important que l’industrie gazière et pétrolière s’engage dans la recherche de solutions ».

-
- © Patrick Pouyanné – WGC2015

Cet appel fait écho à l’initiative « paying for carbon », rendue publique ce lundi 1er juin, dont les signataires, six compagnies pétrolières et gazières européennes**, exhortent les États du monde entier, ainsi que la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), à l’instauration de mécanismes de tarification du carbone. Ils appellent également à la création, par ces États, de cadres réglementaires transparents, stables et ambitieux en vue de relier entre eux, à terme, les différents mécanismes nationaux. L’objectif étant de promouvoir les mécanismes les plus efficaces économiquement pour réduire les émissions de carbone partout dans le monde

En d’autres termes, décourager le plus possible, par la tarification carbone, les projets énergétiques émetteurs de CO2, ceux faisant appel au charbon, pour permettre au gaz un développement sur le long terme.

« Si Total a fait le choix du gaz, c’est que nous sommes convaincus qu’il va jouer un rôle majeur dans le futur mix énergétique mondial ».

Pour assoir la place du gaz dans le futur du mix énergétique mondial, les industriels du gaz présents sur la WGC2015 rappellent ses atouts majeurs :

- abondance : au moins une centaine d’années de ressources dans un contexte de croissance de la demande d’énergie

- sécurité énergétique: le gaz est très bien réparti dans le monde

- moindres émissions carbone parmi les énergies fossiles : deux fois moins que le charbon - flexibilité : le gaz est le complément à l’intermittence des énergies renouvelables

- jeunesse: les progrès technologiques à réaliser sont encore nombreux

C’est sans doute les raisons pour lesquelles, dans tous les scenarii envisagés par l’Agence Internationale de l’Énergie (IAE), y compris les plus ambitieux, 2 °C ou 450 ppm, les ressources fossiles gardent une place majoritaire.

-
- © -

Source : AIE, Energy Technology Perpsectives 2015. World Energy Outlook 2014

En conclusion, Patrick Pouyanné formulait le vœu que « Sur le chemin de la COP21, cette WGC2015 marque le tournant d’une prise de conscience internationale du rôle qu’est appelé à jouer le gaz naturel dans la satisfaction des besoins énergétiques mondiaux, tout en constituant un élément-clé dans la lutte contre le changement climatique »

Plus qu’un vœu, une feuille de route

*L'IGU a été fondée en 1931. Son objectif est de promouvoir le progrès technique et économique de l'industrie gazière mondiale. Les membres de l'IGU sont des associations et les entités des industries gazières de 77 pays qui représentent plus de 95 % du gaz naturel négocié dans le monde entier et qui entretiennent des liens avec beaucoup d'autres organisations d'énergie internationales. Il compte un total de 118 membres, dont 78 membres fondateurs et 40 membres associés.

** BG Group plc, BP plc, Eni S.p.A., Royal Dutch Shell plc, Statoil ASA and Total SA

En partenariat avec Total