BFM Business

Patrick Kron: "Alstom n'a pas la taille critique" sur son activité énergie

Patrick Kron a rappelé que la branche transport "a un avenir au sein d'Alstom".

Patrick Kron a rappelé que la branche transport "a un avenir au sein d'Alstom". - -

Le PDG d'Alstom était l'invité du 20h de TF1 ce mercredi 30 avril. Il est revenu sur le processus de cession de la branche énergie de son groupe et a justifie cette opération.

Patrick Kron justifie les choix stratégiques de son entreprise. Invité du 20h de TF1 ce mercredi 30 avril, le PDG d'Alstom est revenu sur le processus de cession de la branche énergie de son groupe, qui pèse pour environ 70% du chiffre d'affaires.

Cette branche sera vendue soit à General Electric, soit à Siemens.
Mais la première entreprise a clairement une longueur d'avance sur la seconde.

"Nous avons d'un côté une offre ferme qui est celle de General Electric et qui répond à nos préoccupations. Dans le même temps Siemens vient de nous dire qu'ils étaient prêts à faire une offre", a détaillé Patrick Kron.

Il a précisé que "nous allons leur donner accès à l'information nécessaire pour transformer cette manifestation d'intérêt en une vrai offre". "Le Conseil d'administration va juger, ensuite, quelle est la meilleure offre dans l'intérêt de la société".

Le problème de "la taille critique"

Patrick Kron a rappelé pourquoi Alstom a décidé de vendre ses activités. Ainsi, sur la branche énergie, "les marché sont en train de changer (...) et nous n'avons pas la taille critique". D'où la nécessité pour Alstom de "s'adosser à un concurrent qui a les reins suffisamment solides pour affronter la concurrence". "C'est la garantie de l'emploi pour les salariés", a-t-il insisté

"Nous avons vendu l'année dernière 10 turbines à gaz, General Electric prévoit d'en vendre 150 sur toute l'année en cours", a donné, comme exemple, Patrick Kron, pour illustrer ce problème de "taille critique".

Il a ensuite bien précisé que l'activité Transports a, elle, "un avenir au sein d'Alstom".

Patrick Kron est également revenu sur les fuites de Bloomberg. L'agence américaine avait révélé dès le 23 avril dernier les négociations entre Alstom et General Electric, prenant ainsi de cours les deux entreprises.

"Des fuites, des dépêches ont mis sur la place publique des négociations qui avaient vocation à rester secrètes. Le processus a déraillé" à cause de cela, a déclaré le PDG d'Alstom.

GE pourrait modifier son offre

Alors que Patrick Kron s'exprimait sur TF1, le PDG de General Electric, Jeffrey Immelt, était lui interviewé au même moment sur France 2. Il a surtout rappelé les engagements de l'entreprise. "Nous sommes en France depuis longtemps, nous avons été un bon investisseur dans l’énergie depuis longtemps", a-t-il assuré.

"Le processus ne fait que commencer, donc il y aura d'autres possibilités pour nous de modifier, d'améliorer ce que nous faisons", a-t-il indiqué ouvrant ainsi la porte à une amélioration de l'offre de son groupe.

J.M.