BFM Business

Les futurs navires géants de CMA CGM, premiers à utiliser le gaz au lieu du fioul

-

- - CMA CGM

L'armateur français CMA CGM a commandé en Chine neuf futurs porte-conteneurs géants qui utiliseront le gaz naturel liquéfié (GNL) au lieu du fioul, plus polluant. Livrés en 2020, ces navires seront les premiers au monde, dans cette catégorie de géants des mers, propulsés au GNL.

Le fioul lourd va voir son monopole écorné comme carburant de prédilection dans le transport maritime. CMA CGM, numéro trois mondial du transport de conteneurs, dont le siège est à Marseille, a choisi d'équiper ses neuf futurs porte-conteneurs géants d'une motorisation au gaz naturel liquéfié (GNL).

Ces bâtiments seront construits en Chine par les chantiers d'État de China State Shipbuilding Corporation, confirmant une source chinoise ayant divulgué en août 2017 une commande d'1,22 milliards d'euros par CMA CGM. Ces géants des mers seront livrés à l'armateur français en 2020. Chacun atteindra une capacité de 22.000 conteneurs de 38 mètres cubes (22.000 "équivalent vingt pieds" dans le jargon du fret maritime).

Cette annonce survient à l'occasion de l'ouverture de la COP 23 à Bonn en Allemagne dans la mesure où il s'agit là d'une révolution écologique dans le transport maritime. Selon l'armateur français, le GNL permet, par rapport aux navires actuellement motorisés au fioul lourd, jusqu’à 25% de réduction de CO2 et la réduction de 99% des émissions de soufre et des émissions de particules fine et celle de 85% des émissions d’oxydes d’azote.

CMA CGM anticipe le durcissement des réglementations

En choisissant un carburant moins polluant, l'armateur anticipe aussi le durcissement des réglementations actuelles concernant la limitation du taux de sulfure dans les carburants marins à 0,5% à l’horizon 2020.

Premier grand armateur à sauter le pas du GNL pour les grands porte-conteneurs, la compagnie française a vu son initiative saluée par le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, et sa collègue des Transports, Élisabeth Borne, qu'ils ont qualifié de "décision historique" qui "démontre l'ambition de l'industrie française au service de la transition écologique".

Un manque d'avitaillement en GNL dans les ports

Le choix de CMA-CGM "doit être un encouragement fort pour l'ensemble de la filière", en particulier pour "développer rapidement ce type d'avitaillement (en GPL) dans nos grands ports", a ajouté Mme Borne. La ministre pointe ici l'une des faiblesses liées à ce carburant qui est l'absence d'infrastructures portuaires de ravitaillement en GNL en France et à l'international.

Pour l'instant, les bateaux fonctionnant au GNL sont encore peu nombreux sur les mers, et ils sont de beaucoup plus petite taille que les porte-conteneurs. En juin 2017, l'armateur italo-suisse MSC Croisières avait annoncé la commande de quatre paquebots au gaz naturel liquéfié au chantier naval STX France à Saint-Nazaire.

Frédéric Bergé