BFM Business

Hollande salue "l'investissement historique" d'EDF au Royaume-Uni

François Hollande estime que l'accord entre le Royaume-Uni et  EDF créera des emplois des deux côtés de la Manche.

François Hollande estime que l'accord entre le Royaume-Uni et EDF créera des emplois des deux côtés de la Manche. - -

Le président de la République s'est félicité, ce lundi 21 octobre, de l'accord trouvé par EDF avec les autorités britanniques pour la construction de deux réacteurs EPR. Pour lui, le projet doit "développer l'emploi dans les deux pays".

L'Elysée applaudit le contrat décroché par EDF outre-Manche, ce lundi 21 octobre. A l'issue d'une conversation téléphonique entre le Premier ministre britannique, David Cameron, et François Hollande, la présidence de la République a publié un communiqué.

Selon ce dernier, les deux dirigeants "se sont félicités de l'aboutissement des discussions entre EDF et les autorités britanniques sur le projet de construction de deux réacteurs nucléaires EPR sur le site d'Hinkley Point", dans le sud-ouest de l'Angleterre.

Un accord qui "renforcera nos industries"

"Cet investissement historique, qui illustre la vitalité de la coopération bilatérale franco-britannique, développera l'emploi dans les deux pays", poursuit le texte. Un accord qui "renforcera nos industries et les compétences d'ingénierie, de fabrication et de construction de la filière", toujours selon le texte.

"Le choix de l'EPR, qui s'inscrit dans le cadre d'un programme de renouvellement progressif d'une grande partie du parc nucléaire britannique, témoigne de sa réponse aux plus hautes exigences de sûreté", assure encore l'Elysée.

Le gouvernement britannique et EDF ont officialisé, ce lundi 21 octobre, cet accord qui représente un investissement de 16 milliards de livres (soit 18,9 milliards d'euros).

Le consortium en charge du projet sera détenu à 45% ou 50% par EDF, à 30% à 40% par China General Nuclear Power Group, avec lequel EDF construit déjà deux EPR en Chine, par China National Nuclear Power, et enfin à 10% par le français Areva, fabricant de l'EPR.

J.M.