BFM Business

Fessenheim: 2.000 emplois concernés par une fermeture

La centrale de Fessenheim devrait fermer en 2016, à l'ouverture de l'EPR de Flamanville.

La centrale de Fessenheim devrait fermer en 2016, à l'ouverture de l'EPR de Flamanville. - -

Selon une note de l'Insee Alsace publiée ce mardi 1er juillet, la fermeture de la plus vieille centrale de France, en 2016, amènerait à la suppression de 850 emplois à EDF et plus de 1.000 emplois indirects.

Le sort de Fessenheim ne concerne pas que l'environnement. Alors que le projet de loi sur la transition énergétique, présenté le 18 juin par Ségolène Royal, table sur la fermeture de la centrale en 2016, l'Insee Alsace publie une note, ce mardi 1er juillet, qui chiffre les conséquences sociale d'une fermeture de la plus ancienne centrale nucléaire française.

Au total, les emplois de 1.910 personnes, ou 1.850 équivalents temps plein (ETP), serait concernés selon l'Insee. EDF emploie directement 850 personnes (820 ETP), plus 510 salariés supplémentaires.

L'Insee estime également que 550 emplois régionaux sont induits par la consommation des familles de tous ces salariés. Le "quart des emplois sont occupés par des moins de 30 ans".

Les revenus de 5.000 personnes sont concernés

Les salaires des employés de l'usine, qui "dépassent de 50% le niveau moyen en France", sont souvent les seules sources de revenus des familles. Ainsi, selon l'Insee, en prenant en compte les familles des employés, "les revenus de 5.000 personnes dépendent de la centrale".

Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie, ne cite pas explicitement la centrale alsacienne dans son projet de loi, et avait appelé EDF à "prendre ses responsabilités" dans un interview au Monde. Mais le texte plafonne la production nucléaire de la France à son niveau actuel, 63 gigawatts.

L'ouverture de l'EPR de Flamanville (Manche) en 2016 devrait donc logiquement amener à la fermeture du site de Fessenheim.

Joseph Sotinel