BFM Business

EPR chinois: EDF évoque une augmentation de la concentration de "gaz rares" dans le circuit primaire

La centrale nucléaire de Taishan lors de sa construction

La centrale nucléaire de Taishan lors de sa construction - PETER PARKS / AFP

Une fuite radioactive aurait été constatée dans une centrale nucléaire EPR chinoise, co-fabriquée par l'énergéticien français, selon une information dévoilée par CNN.

L'un des réacteurs EPR de la centrale nucléaire de Taishan, dans le sud de la Chine, a subi une "augmentation de la concentration de certains gaz rares dans le circuit primaire", a indiqué le groupe français EDF.

"EDF a été informée de l'augmentation de la concentration de certains gaz rares dans le circuit primaire du réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Taishan détenue et exploitée par TNPJVC, joint-venture de CGN (70%) et EDF (30%)", indique le groupe français dans un communiqué.

Le circuit primaire est un circuit fermé contenant de l'eau sous pression, qui s'échauffe dans la cuve du réacteur au contact des éléments combustibles. Les gaz dits "rares" comptent l'argon, l'hélium, le krypton, le néon ou encore le xénon.

"La présence de certains gaz rares dans le circuit primaire est un phénomène connu, étudié et prévu par les procédures d'exploitation des réacteurs", ajoute EDF.

Conseil d'administration extraordinaire

CNN, sur la base d'une lettre envoyée par Framatome au département de l'Energie américain, a fait état d'une possible "fuite" dans cette centrale, qui comporte deux réacteurs EPR de technologie française.

Toujours selon la chaîne américaine, les autorités de sûreté chinoises auraient également relevé les limites acceptables de radiation à l'extérieur du site pour éviter d'avoir à mettre la centrale à l'arrêt.

EDF dit avoir pris contact avec la coentreprise TNPJVC et "apporte son expertise".

Le groupe français dit encore avoir "sollicité la tenue d'un conseil d'administration extraordinaire de TPNJVC pour que le management présente l'ensemble des données et les décisions nécessaires".

T.L avec AFP