BFM Business

Cet avion solaire suisse veut faire encore plus fort que Solar Impulse

Présenté à la presse le 7 décembre 2016, l'avion solar SolarStratos effectuera ses premiers vols tests au cours de l'été 2017.

Présenté à la presse le 7 décembre 2016, l'avion solar SolarStratos effectuera ses premiers vols tests au cours de l'été 2017. - Fabrice Coffrini - AFP

Un aventurier suisse vient de dévoiler un avion solaire avec lequel il compte réaliser le premier vol solaire habité dans la stratosphère.

Après Solar Impulse, l'avion 100% solaire piloté par les Suisses Bertrand Piccard et André Borschberg, place à SolarStratos, premier aéronef solaire habiter à pénétrer la stratosphère, un exploit impossible a réaliser avec un avion à propulsion classique.

"Notre objectif est de démontrer qu’avec les technologies actuelles, il est possible de réaliser des prouesses qui dépassent le potentiel des énergies fossiles" explique Raphaël Domjan, à l'origine du projet et futur pilote de l'avion SolarStratos.
L'éco-aventurier suisse Raphaël Domjan posant avec la maquette de l'avion SolarStratos
L'éco-aventurier suisse Raphaël Domjan posant avec la maquette de l'avion SolarStratos © AFP Photo - SolarStratos

En 2012, cet "éco-aventurier" aujourd’hui âgé de 44 ans, avait déjà réalisé le premier tour du monde à l’énergie solaire à bord du bateau PlanetSolar. Il raconte que l’idée du projet SolarStratos a germé une nuit alors qu’il naviguait dans l’océan Pacifique. 

Présenté dans un hangar de la base militaire de Payerne, située dans l'ouest de la Suisse, SolarStratos est un avion blanc, bi-place, aux ailes démesurées. Long de 8,5 mètres pour une envergure de 24,8 mètres, cet aéronef pèse quelque 450 kilos et est recouvert de 22 mètres carrés de panneaux solaires qui lui procurent une autonomie d’environ 24 heures.

À 25 kilomètres d’altitude, on peut voir les étoiles en plein jour ainsi que la courbure de la Terre, mais, il y règne une température de -70°C avec seulement 5% de la pression atmosphérique normale. Pour des raisons de poids, cet appareil ne sera pas pressurisé, obligeant ainsi son pilote à porter une combinaison d’astronaute fonctionnant uniquement à l’énergie solaire. Une autre première mondiale.

Les véhicules électriques et solaires, un "défi du 21e siècle"

Le voyage jusqu'à la stratosphère durera environ cinq heures. Deux heures et demi d'ascension, quinze minutes la tête dans les étoiles, puis trois heures pour redescendre sur terre.

"Les véhicules électriques et solaires comptent parmi les grands défis du 21e siècle", explique l'éco-aventurier. "Notre avion, qui pourra voler à une altitude de 25.000 mètres, ouvre une porte sur une aviation électrique et solaire commerciale, proche de l'espace".

Les premiers vols tests se dérouleront dès février prochain et les premiers vols à moyenne altitude sont prévus dans le courant de l'été 2017. Les premiers vols stratosphériques sont eux envisagés pour 2018. 

"Notre projet est porteur d'espoir et il fait rêver les petits comme les grands" souligne Roland Loos, directeur général de SolarXplorers, la structure en charge du développement et des applications futures de ce projet. "Il ouvre aussi la porte à de nouvelles connaissances scientifiques, à un prix abordable, dans le cadre de l'exploration et d'une utilisation pacifique de la stratosphère", ajoute-t-il dans un communiqué. La recherche et l'industrie suisses sont à la pointe dans le domaine de l'énergie solaire et des cellules photoélectriques.

-
- © Fabrice Coffrini - AFP

En 2012, Raphaël Domjan et ses coéquipiers avaient bouclé à Monaco le premier tour du monde uniquement à l'énergie solaire. Son catamaran géant PlanetSolar, qu'il avait imaginé et construit, avait rejoint son point de départ en 584 jours, 23 heures et 31 minutes de navigation.

Selon la presse suisse, le budget de l'aventure SolarStratos sera sans commune mesure avec celui nécessaire au tour du monde de son illustre prédécesseur. Autour de 10 millions de francs suisses (9,25 millions d'euros) contre plus de 170 millions (157 millions d'euros) pour Solar Impulse.

A.M. avec AFP