BFM Business

Ce nouveau carburant fait son apparition en France

Une personne remplit d'essence le réservoir de son véhicule. (image d'illustration)

Une personne remplit d'essence le réservoir de son véhicule. (image d'illustration) - Ronaldo Schemidt - AFP

Désormais vendu en France, l'ED95 est un nouveau carburant composé à plus de 90% d'éthanol utilisable par les poids lourds, les cars et les bus.

Homologué depuis février 2016, le carburant ED95 peut désormais être commercialisé en France. Inutile cependant de vous rendre dans votre station-service habituelle, l’ED95 est réservé aux flottes captives (transporteurs de marchandises, autobus…) qui alimentent leurs véhicules via des cuves stockées sur leurs sites.

Aux côtés du biodiesel, des essences contenant de l’éthanol et du gaz carburant, l’ED95, composé à plus de 90% d’éthanol, "est une solution supplémentaire pour décarboner les transports" explique Sylvain Demoures, secrétaire général du Syndicat national des producteurs d’alcool agricole.

Si ce carburant est nouveau en France, "cela fait plus de vingt ans que la ville de Stockholm utilise des bus à l’éthanol" affirme Gilles Baustert, directeur marketing de la filiale française du suédois Scania. Seul constructeur à proposer actuellement en France des véhicules roulant à l’ED95. 

Avant d’être homologué, ce carburant a été expérimenté pendant plusieurs années. Les communes de Saint-Quentin (Aisne), Reims (Marne) ou Angers (Maine-et-Loire) ont testé des bus. Tandis que le transporteur francilien STAF, spécialiste du transport frigorifique, a testé trois camions.

Moins d’un euro le litre

Outre le fait d’émettre beaucoup moins de particules et de gaz à effet de serre que le gazole, l’ED95 a obtenu les avantages fiscaux liés aux carburants renouvelables. Il sera donc possible de vendre ce carburant "entre 80 centimes et 1 euro le litre hors TVA", c’est-à-dire à un prix comparable à celui du gazole, assure Jérôme Budua, directeur de Raisinor France. Une société basée en Gironde qui produit de l’éthanol à partir du marc de raisin, par ailleurs partenaire du constructeur Scania.

À l’achat, un camion ou un bus roulant à l’ED95 coûte "le même prix qu’un moteur diesel", assure le directeur de la filiale française de ce constructeur, alors qu’un véhicule roulant au gaz naturel peut coûter jusqu’à 30% plus cher. Gilles Baustert reconnaît cependant que "le pouvoir calorifique de l’ED95 est inférieur à celui du diesel". Ce qui fait qu’on parcourt moins de kilomètres au litre avec ce carburant.

Un marché très limité

Expert en carburants pour l’IFP EN, Alain Quignard explique que le marché de l’ED95 est "un marché relativement limité" d’autant qu’il existe d’autres carburants alternatifs au diesel pour ce type de véhicules comme le gaz carburant, ou le diesel de synthèse. Selon lui, environ un millier de véhicules dans le monde roulent actuellement à l’ED95 dont 600 en Suède.

Ce nouveau carburant, plus vert, est "une piste d’alternative au diesel" explique Ingrid Mareshal, secrétaire générale de la Fédération nationale du transport de voyageurs qui se penche plus sur le gaz ou l’électricité.

Scania comme les producteurs d’éthanol espèrent que le durcissement des normes environnementales sur le diesel, voire le bannissement que veut appliquer le maire de Paris, Anne Hidalgo, dès 2025, aidera quand même à la diffusion de l’ED95. D’autant que la France est le premier producteur européen d’éthanol, notamment à partir de la batterave sucrière.

A.M. avec AFP