BFM Business
Energie

Carburants: Emmanuel Macron appelle "au calme" et "à la responsabilité"

Le président français Emmanuel Macron, en déplacement à Prague, en République Tchèque où se tenait un sommet européen, a appelé au "calme" face à la ruée sur l'essence.

Face aux grèves qui touchent plusieurs raffineries françaises à l'origine de problèmes d'approvisionnement, le président français Emmanuel Macron, en déplacement à Prague, en République Tchèque, a appelé à ne pas céder à la "panique". Il a assuré la mobilisation du gouvernement et l'avancée des négociations salariales au sein des groupes touchés par ces mouvements sociaux.

"Il y a eu des mouvements de grève liés à des revendications salariales dans le groupe Esso puis dans le groupe Total, ceci a conduit à la fermeture de plusieurs capacités et donc à des ruptures dans certaines stations", a rappelé le chef du gouvernement.

"Face à ces raréfactions, il y a eu des mouvements de panique et plusieurs de nos compatriotes ont été à la pompe plus vite pour faire le plein par précaution, ce qui généralement accélère le même effet", a-t-il résumé.

Environ 15% des stations-essence françaises étaient en effet en rupture d'un ou plusieurs carburants ce vendredi, selon un chiffre avancé par plusieurs ministres.

Des négociations salariales en cours

"Chacun des groupes que j'évoque est en train de finaliser des négociations salariales pour que leurs salariés puissent retourner le plus vite possible au travail", a rassuré le président, avant d'appeler "chacune et chacun à la responsabilité".

Après l'appel lancé un peu plus tôt ce vendredi par le gouvernement à faire "des efforts à l'endroit des salariés", le directeur général de TotalEnergies a réagi. Patrick Pouyanné a envoyé un message d'apaisement à ses salariés, s'engageant notamment à "rétribuer leurs efforts".

En parallèle, le gouvernement a libéré les "réserves stratégiques" pour "alimenter des stations-service qui étaient en rupture", a-t-il indiqué, avant de conclure: "pas de panique"!

NLC