BFM Business

Bruxelles devrait enquêter sur l’accord dans le nucléaire entre EDF et le Royaume-Uni

EDF va construire deux réacteurs EPR sur le site d'Hinkely Point au Royaume-Uni.

EDF va construire deux réacteurs EPR sur le site d'Hinkely Point au Royaume-Uni. - -

La Commission européenne aurait décidé de se pencher sur l'accord conclu entre l'énergéticien français et le gouvernement britannique. Ce dernier a promis un rachat de l'électricité à tarif fixe, ce qui pose problème.

Moins de deux mois après l’accord entre EDF et le Royaume-Uni sur les centrales nucléaires d’Hinkley Point, la Commission européenne va ouvrir une enquête. Selon le Times de ce jeudi 12 décembre, Bruxelles va se pencher sur cet accord avec des "inquiétudes" et des "doutes".

L’enquête de la Commission européenne pourrait démarrer la semaine prochaine, ou début janvier. Elle devrait se concentrer sur le tarif de rachat de l’électricité promis par le gouvernement britannique à l’énergéticien français.

Un rachat d'électricité à tarifs fixes

EDF, en partenariat avec Areva et deux groupes chinois, doit construire deux réacteurs EPR sur le site d’Hinkley Point dans le sud-ouest du pays. L’investissement est estimé à près de 19 milliards d’euros, en échange de quoi le gouvernement britannique permettra au consortium d’emprunter à bas taux et lui rachètera l’électricité à un prix fixé pendant 35 ans.

C’est ce soutien qui pose problème à Bruxelles. En effet, ce rachat à tarif fixé est normalement réservé aux énergies non-matures, comme les énergies renouvelables, pour favoriser leur développement. Dans le cas du nucléaire, un rachat à tarif fixe pourrait déstabiliser le marché.

La Commission européenne a rendu un avis ce mois-ci sur les prix de l’électricité dans la zone européenne. Selon elle, le coût continuerait d’augmenter si les Etats-membres ne respectent pas les règles communautaires concernant les aides publiques.

Le Royaume-Uni est le premier pays européen à avoir accordé des mesures de soutien public au nucléaire. La République Tchèque souhaite faire de même pour les travaux d’extension de la centrale de Temelin, dans le sud du pays.

A.D. avec agences