BFM Business

Brésil: mise en vente du gisement pétrolier de Libra

Situé à plus de 3.000 mètres de fond, sous une épaisse couche de sel, le gisement de Libra est un défi technique par rapport aux exploitations offshores traditionnelles.

Situé à plus de 3.000 mètres de fond, sous une épaisse couche de sel, le gisement de Libra est un défi technique par rapport aux exploitations offshores traditionnelles. - -

Le gouvernement brésilien met en vente le gisement offshore de Libra, ce lundi 21 octobre. Cette cession est la première d'une série d'importants champs pétroliers au large des côtes du pays.

A vendre: champ pétrolier, 1.500 km², au large des côtes brésiliennes. Le Brésil démarre les enchères pour son champ pétrolifère de Libra, ce lundi 21 octobre à Rio de Janeiro. Onze entreprises sont en lice, dont le groupe français Total.

Le gisement offshore de Libra, situé à 183 km des côtes, est le premier des gisements pétroliers en eaux très profondes à être mis en vente. Ces gisements, découverts en 2007, représentent au total 149.000 km², et sont enfouis sous une importante couche de sel.

Au moins 41,6% pour le gouvernement brésilien

L’agence nationale brésilienne du pétrole estime que Libra, à lui seul, pourra produire 8 à 12 milliards de barils. Mais le gouvernement entend récupérer au moins 41,6% de ce pétrole, selon les termes de l’appel d’offre. 

De plus, la compagnie nationale Petrobras recevra 30% de participation obligatoire dans la concession des gisements et sera le seul opérateur de la concession. Cette mesure, mise en place en 2010 par l’ancien président Lula, doit servir à reverser une partie de l’argent à l’éducation et à la santé.

Les compagnies chinoises favorites

Neuf consortiums participent aux enchères, mais les favoris sont deux chinois: CNOOC et CNPC. Aucune compagnie américaine ne s’est impliquée dans ces enchères, du fait des très nombreux gisements non-conventionnels aux Etats-Unis et des problèmes d’exploitation pour Libra.

Les compagnies pétrolières chinoises devraient proposer au gouvernement brésilien de lui céder 50% de la production, ce qui leur permettrait ainsi de gagner ces enchères. L’investissement technologique, qui représente à lui seul 80 milliards de dollars entre 2014 et 2025 a freiné certaines compagnies.

Un mouvement de grève contre la vente

Au Brésil, la vente de la concession a provoqué la colère des travailleurs du pétrole, en grève depuis quatre jours pour des augmentations de salaire. Les syndicats du pétrole manifestent devant le siège de Petrobras, où une réunion était prévue ce lundi.

Ce week-end, le ministre des Mines et de l’Energie a tenté de calmer les esprits. "Nous ne sommes pas en train de privatiser le pétrole du pré-salifère, au contraire, nous nous approprions cette richesse immense", a-t-il déclaré.

Selon des estimations publiées par le quotidien brésilien O Globo, les investissements dans ces gisements offshores s’élèveront à 1.700 milliards de dollars sur 30 ans.

Audrey Dufour