BFM Business

Bientôt un ferry au gaz naturel liquéfié sur la Manche?

La compagnie bretonne Brittany Ferries va commander un premier navire au gaz naturel liquéfié.

La compagnie bretonne Brittany Ferries va commander un premier navire au gaz naturel liquéfié. - -

Brittany Ferries a annoncé, lundi 16 décembre, qu’elle allait commander un ferry propulsé au gaz naturel liquéfié aux chantiers de Saint-Nazaire. Mais le projet devra recevoir un soutien financier de l’Etat.

La Manche est l’un des couloirs maritimes les plus fréquentés au monde. Et à partir de 2015, elle devra aussi être moins polluée, avec l’application d’un règlement européen strict sur les rejets de fumées des bateaux, voté en 2012. Pour atteindre l’objectif de 0,1% de teneur en soufre qui sera le maximum autorisé, les navires vont devoir changer de carburants.

Britanny Ferries, un armateur breton, a décidé d’opter pour le gaz naturel liquéfié (GNL). La société a annoncé lundi 16 décembre qu’elle espérait signer "prochainement" un contrat avec les chantiers navals STX de Saint-Nazaire pour la construction d’un ferry au GNL.

Equiper les ports pour l'approvisionnement

Ce ferry, baptisé "Pegasis" pour "Power Efficient Gas Innovation Ship", n’émettra plus d’oxyde de soufre, et consommera entre 15% et 20% d’énergie en moins.

"Pour Brittany Ferries, cette transition écologique dans le renouvellement de sa flotte s’inscrit dans sa politique de développement et de respect de l’environnement", explique le communiqué de l’armateur.

Le ferry devrait rejoindre la flotte en 2017, mais la construction d’un géant au GNL ne sera pas sans mal pour STX. Les chantiers navals vont devoir tenir compte des problèmes de stockage du gaz et de législation dans les différents pays. A terme, les ports français vont aussi devoir s’équiper en terminaux GNL pour assurer l’approvisionnement.

Un soutien de l'Etat?

Pour les chantiers de Saint-Nazaire, un tel contrat sera une bouffée d’air. STX France n’a pas signé de commande de navire depuis décembre 2012, avec le "Oasis III" pour l’américain Royal Caribbean International. Ce paquebot de croisière doit être livré en 2016, pour un prix avoisinant le milliard d’euros.

Chez Brittany Ferries, on espère que cette annonce servira d’appel du pied à un soutien financier de l’Etat, rapporte le magazine spécialisé Mer et Marine. Le projet de propulsion au GNL développé par les chantiers STX a été retenu lors de l’appel à manifestation d’intérêt, et pourra bénéficier d’une aide de 30 millions d’euros.

La compagnie maritime n’a pas les moyens de financer seule l’investissement que représente ce ferry, après plusieurs années de difficultés. Brittany Ferries avait lancé en 2012 un vaste plan de retour à la compétitivité, qui avait vu la suppression de plusieurs traversées et une réduction des coûts salariaux.

A.D.