BFM Business

Awango by Total : de la vision globale au déploiement local

-

- - Lampe et panneau solaire Awango, village de Zardi, Myanmar

Christophe Dargnies, Directeur Accès à l'énergie et Luc Maiche, Directeur général de la filiale Total en Haiti, décrivent les liens entre siège et filiale dans le déploiement de l'offre Awango by Total.

INTERVIEW L. MAICHE / C. DARGNIES

Dans le cadre de cette semaine thématique sur l’accès à l’énergie, Total s’est interrogé sur les business modèles de ce domaine. Equiper des personnes dans les zones off-grid n’est pas simple et les solutions que nous connaissons, pas nécessairement adaptées aux pays où l’accès à l’énergie est encore faible. Awango by Total, c’est une offre qui permet de répondre aux besoins essentiels des populations les plus démunies via la commercialisation de solutions solaires photovoltaïques pour l’éclairage et le chargement de téléphones portables. Quels sont les enjeux ? Quels défis ? Quelles valeurs ? Luc Maiche, directeur général de la filiale Total Haïti et Christophe Dargnies, directeur « Accès à l’énergie » au siège, ont répondu à nos questions.

Pouvez vous nous présenter la filiale Total Haiti?

L. Maiche : Total Haïti est la seule major de l’énergie présente sur l’île. Nous avons suivi l’engagement du Groupe, en investissant dans l’offre Awango by Total. Nous avons monté une équipe dédiée et travaillons avec l’ONG « Entrepreneur du Monde ». Le fait de vouloir donner accès à l’énergie à la population locale défavorisée n’est pas nouveau. Par le passé, quelques actions de mécénat ont été réalisées : en 2010, suite au tremblement de terre le Groupe a donné 1 million de dollars pour venir en aide aux victimes. Cette année, nous lançons un concours pour récompenser les meilleurs projets de reforestation (456 inscrits à date). Tout le monde est d’accord pour reconnaitre que les dons ne favorisent pas le développement, nous basons donc l’accès à l’énergie sur la commercialisation de lampes solaires à bas coût, mais de qualité, pour résister dans la durée.

En quoi Awango by Total n'est pas du mécénat?

C. Dargnies : L’énergie fait partie des éléments fondamentaux du développement mais elle est inaccessible pour 2 milliards de personnes sur la planète ; c’est pourquoi, nous avons cherché un nouveau modèle rentable et pérenne pour proposer des solutions adaptées aux populations dont les revenus ou l’isolement rendent difficile, voire inabordable l’accès à des sources d’énergie modernes et fiables.
En 2010 nous avons lancé l’offre Awango by Total, un modèle de social business ayant pour but de distribuer des lampes solaires de très bonne qualité aux personnes les plus pauvres. Il s’agit, en fait, d’une réponse business à une problématique sociétale. Nous ne cherchons pas à maximiser le profit mais à trouver un juste équilibre entre les marges de chacun des maillons de la chaîne afin d’allier impact social et impact économique.

L. Maiche : A Haïti, les ONG sont nombreuses, certaines d’entre-elles font des dons, qui viennent concurrencer l’économie locale. Le modèle d’un social business, où les revendeurs gagnent leur vie, est essentiel. Notre partenariat avec Entrepreneurs du Monde permet de micro financer ces revendeurs qui vont ainsi investir dans quelques lampes Awango by Total, pour les revendre. Ces ventes vont leur permettre d’augmenter leurs pouvoirs d’achat et leur capacité à développer leur business. Les lampes solaires qui viennent remplacer les bougies ou les lampes à pétrole utilisées par la population qui n’a pas accès à l’électricité, permettent aux familles d’être mieux éclairées, aux enfants de mieux étudier et aux artisans d’augmenter leur productivité pour vendre le lendemain ce qu’ils auront préparé la veille en fin de journée.

Quels sont les défis - locaux et au niveau du groupe - du développement de l'offre?

L. Maiche : Le principal défi est l’accessibilité du produit. Le marché ici, est concurrentiel et très informel : tout se passe dans la rue. Au-delà de ça, il faut que les personnes puissent acheter notre produit* (prix d’une lampe = 4 à 6 mois de kérosène). Travailler avec Entrepreneurs du Monde est une réelle opportunité : ils nous donnent accès à leur réseau et à leurs solutions de micro-financement. Parfois, ce marché peut être surprenant : par exemple, le produit le plus vendu n’est pas le moins cher, mais celui avec une prise USB pour recharger son téléphone car même si 75% de la population n’a pas accès à l’électricité, tous nos clients sont équipés de téléphones qui sont également un des accélérateurs du développement. Au final, c’est un jeu de pistes où nous devons sans cesse nous questionner, être curieux, et comprendre à la fois les problèmes économiques et sociologiques du pays.

*50% de la population vit avec moins de 1$ /jour

C. Dargnies ; Au niveau du Groupe, notre défi relève de la coordination de ce social business, au même titre qu’un autre business avec ses propres conditions et objectifs. Nous devons également être source d’innovation. A Haïti comme ailleurs, avoir une prise USB, c’est avoir accès à la communication. Finalement nos lampes sont de petits îlots énergétiques.

Quels sont les bénéfices de ce projet à moyen/long terme pour la filiale et le groupe?

L. Maiche :Le produit, on en est convaincu, est adapté au marché car il répond à un besoin. C’est à nous maintenant de nous adapter en permanence à ce marché qui évolue très vite et qui est extrêmement concurrentiel. En interne, travailler sur Awango by Total répond au besoin d’engagement de la filiale dans le développement durable, que nos employés avaient exprimé.

C. Dargnies : L’offre Awango by Total est la première réalisation à grande échelle issue du programme Accès à l’Energie du Groupe. Pour les collaborateurs, je pense que c’est une activité qui incarne bien le fait que nous soyons tous « Committed to Better Energy ». Il est important qu’un groupe comme le nôtre développe des solutions répondant aux besoins des populations les plus fragiles dans les pays où il opère. L’histoire d’Awango by Total s’inscrit sur le long-terme et je suis convaincu que ce nouveau modèle sera source de nouveaux businesses porteurs de sens.

Comment travaillez-vous ensemble, filiale & groupe-équipe accès à l'énergie?

L. Maiche : Les relations sièges/filiale fonctionnent bien, les personnes du siège sont disponibles et motivées pour répondre à nos questions et la « boîte à outils » fournie est assez riche. Nous avons également suffisamment d’autonomie pour pouvoir adapter le modèle à notre marché.

En partenariat avec Total