BFM Business

Aux caisses des supermarchés, les sacs plastiques, c'est fini pour de bon

"Paru au Journal officiel, un décret confirme l'interdiction de la distribution des sacs en plastique à usage unique dès le 1er juillet 2016. "

Chaque année, en France, 8 milliards de sacs plastiques sont jetés dans la nature. Pour tenter de mettre un terme à cette pollution, les parlementaires ont voté, en adoptant la loi sur la transition énergétique (dite "loi Royal"), leur interdiction. Confirmée par décret, leur disparition prendra effet en deux temps. 

Dès le 1er juillet 2016, tous les sacs en plastique dont l'épaisseur est inférieure à 50 microns, proposés gratuitement ou contre quelques centimes d'euros disparaîtront des caisses des grandes et moyennes surfaces. La même interdiction s'appliquera également dans les commerces de proximité (boulangeries, boucheries, pharmacies ...) et sur les étals des marchés. 

Six mois plus tard, au 1er janvier 2017, sacs et emballages plastiques contenant des denrées alimentaires (comme ceux destinés aux fruits et légumes) seront, à leur tour, prohibés.

Les industriels font émerger des alternatives

Pour pallier cette interdiction, les sacs en papier vont faire leur grand retour dans les magasins. Plusieurs enseignes de la grande distribution, comme Monoprix ou Carrefour, ont déjà commencé à proposer cette solution à leurs clients. Au rayon fruits et légumes, ce sont les sacs "biosourcés" qui vont apparaître. Ces derniers, composés de matières végétales comme l’amidon ou la fécule de pomme de terre, voire de maïs, sont facilement plus compostables que leurs aînés. 

Jean-Marc Nony, le directeur commercial du groupe Sphère, un fabricant de sacs plastiques affirme qu'en "moins de six mois, ces sacs pourront être bioassimilés", contre 400 ans actuellement. Problème, leur coût de fabrication, trois fois plus élevé, risque d'être supporté par le consommateur. 

Du côté de la Fédération du commerce et de la distribution on rappelle que les enseignes "n'ont pas attendues cette loi pour agir". Philippe Joguet, son directeur développement durable avance que celles-ci "ont pris, dès 2003, un engagement volontaire pour réduire la distribution des sacs jetables". Selon lui, le volume de sacs distribué "est passé de 10 milliards en 2002, à moins de 500 millions en 2015".

Pour rappel, en application d'un loi votée en 2005, la commercialisation et la distribution de sacs et emballages non-biodégradables est interdite en France depuis le 1er janvier 2010.

Antonin Moriscot