BFM Business

Areva toujours dans une passe difficile

Areva peine à vendre ses réacteurs, ici celui de Olkiluoto en Finlande.

Areva peine à vendre ses réacteurs, ici celui de Olkiluoto en Finlande. - -

Le groupe publie ses résultats ce vendredi 1er août. Il n'a pas vendu un réacteur depuis près de 7 ans, et les électriciens négocient a minima.

Areva publie, ce vendredi 1er août, ses résultats semestriels. Le chiffre d'affaires devrait être en léger recul. Le groupe pourrait accuser une perte nette assez significative. Il faut dire qu'il évolue dans un environnement toujours très fragile.

Areva n'a pas vendu un seul nouveau réacteur depuis 2007, soit presque 7 ans ! Et le marché s'est même complétement figé depuis la catastrophe de Fukushima en novembre 2011. La plupart des pays s'interrogent toujours sur la relance du nucléaire. Mais, il faut relativiser, car, de très gros contrats en Grande-Bretagne et en Turquie sont sur le point d'être finalisés. Et puis la vente de centrales ne représente que 20% du chiffre d'affaires d'Areva.

Economiser 1 milliard d'euros

En fait, les principaux revenus du groupe proviennent de son offre intégrée, qui comprend, entre autres, les opérations de maintenance ou la fourniture du combustible.

Mais c'est aussi là-dessus que le bât blesse, car les clients, les grands électriciens, font tout pour réduire la facture. Ils mettent la pression sur Areva, ils retardent leur demande de service, et négocient des tarifs à minima. Pour couronner le tout, le marché de l'enrichissement souffre du retard pris par le Japon pour relancer son activité nucléaire.

Pour tenir dans cet environnement difficile, Areva a engagé un plan Action 2016, qui est censé lui faire économiser 1 milliard d'euros.

Mathier Jolivet