BFM Business

Alstom: "une décision avant lundi" annonce le groupe

Le conseil d'administration d'Alstom se prononcera "d'ici à lundi".

Le conseil d'administration d'Alstom se prononcera "d'ici à lundi". - -

Le chef de l'Etat recevra ce vendredi 20 juin les dirigeants de GE, de Siemens et de Mitsubishi. Après GE qui a amélioré son offre hier, l'allemand et le japonais ont annoncé ce matin une meilleure proposition. Alstom décidera avant lundi.

"Une décision avant lundi", annonce dans un communiqué ce vendredi matin le groupe Alstom. D'ici là, François Hollande va recevoir de nouveau les dirigeants de General Electric, de Siemens et de Mitsubishi ce vendredi 20 juin dans l'après-midi, a fait savoir l'Elysée tard dans la soirée de jeudi.

Une réunion autour de Manuel Valls aura également lieu ce vendredi matin en présence de la ministre de l'Energie, Ségolène Royal, et du ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg. En guise de préambule, le chef du gouvernement a déclaré ce matin sur France Inter qu'Alstom serait aux mains de GE "sans condition" sur l'Etat n'était pas intervenu.

Hier, General Electric a amélioré son offre. Ce vendredi matin, Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et Siemens ont riposté, en mettant, à eux deux, 1,2 milliard d'euros en plus sur la table, valorisant les activités énergies d'Alstom à 14,6 milliards d'euros. Le groupe allemand propose désormais 4,3 milliards et non plus 3,9 milliards pour les turbines à gaz, soit 400 millions d'euros de plus.

Siemens propose également "une co-entreprise dans le management de la mobilité, incluant les activités de signalisation".

MHI a, de son côté, décidé d'augmenter de 800 millions d'euros la partie en numéraire de son offre. Le groupe japonais propose désormais 3,9 milliards d'euros pour acquérir 40% des turbines à vapeur d'Alstom, 40% des équipements pour les réseaux et 40% de l'activité hydroélectrique.

Autant de créations d'emplois que GE

Mitsubishi avait indiqué lundi vouloir acquérir 40% des turbines à vapeur du français, 20% de ses équipements pour les réseaux et 20% de son activité hydroélectrique et de verser en contrepartie à Alstom 3,1 milliards d'euros.

"Ce changement va simplifier la transaction" font valoir les deux entreprises car en montant à 40% de l'ensemble des activités énergies d'Alstom, MHI peut désormais passer par une seule co-entreprise avec Alstom pour effectuer cette opération, contre trois précédemment.

Selon les deux entreprises, leur nouvelle proposition créerait, via MHI, 1.000 emplois, soit autant que l'offre de General Electric. En outre, Siemens proposera "1.000 postes d'apprentis, ce qui encouragera la création d'emploi en France", explique le communiqué.

Y. D. et J.M.