BFM Business

5 choses à savoir sur la route solaire de Ségolène Royal

La première route solaire au monde a été inaugurée ce jeudi 22 décembre par la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal.

La France dispose -enfin- de sa route solaire. Le premier kilomètre de cette chaussée spéciale conçue par Colas, une filiale du groupe Bouygues, vient d'être installé sur une route départementale traversant la commune de Tourouvre-sur-Perche. La production d'électricité générée par cet équipement sera revendue à EDF, au profit du Conseil département de l'Orne. 

>> Qu'est-ce qu'une "route solaire" ? 

Une route solaire est une chaussée équipée de panneaux photovoltaïques. Des éléments qui permettent de produire de l'électricité grâce à l'énergie produite par le soleil. C'est en décembre 2015, à l'occasion de la COP21 que Colas a présenté pour la première fois sa route solaire "Wattway". L'entreprise affirme qu'un kilomètre de route permet de couvrir les besoins en éclairage d'une commune de 5.000 habitants.

>> Comment cela fonctionne-t-il ? 

À l'image d'une toiture solaire, une route solaire est équipée de panneaux photovoltaïques. Ces derniers sont simplement beaucoup plus petits afin d'être directement intégrés dans la chaussée. Les cellules utilisées par Colas sont spécifiques. Elles ont été renforcées par différentes couches de plastique puis recouvertes d'une couche de résine et de grains de verre transparents. 

>> Qui fabrique la route solaire Wattway ? 

La fabrication de la route solaire a été confiée par Colas à SNA. Une société coopérative et participative située à Tourouvre-au-Perche, un modeste bourg de l'Orne dans lequel la route solaire a été inaugurée. Dans un premier temps, cette entreprise employant 70 salariés s'est engagée à fournir à Colas 7.000 mètres carrés de dalles photovoltaïques. Une production destinée aux tout premiers projets développés par la filiale du groupe de BTP. 

>> Combien coûte cette route ? 

Depuis la présentation des dalles Wattway, Colas s'est toujours refusé à communiquer sur leur coût. Dans le cadre de l'expérimentation menée à Tourouvre-au-Perche, ce sont 2.800 mètres carrés de dalles photovoltaïques qui recouvrent sur un kilomètre de long la chaussée de l'actuelle route départementale 5. Une voie sur laquelle circulent en moyenne 2.000 véhicules par jour. Afin de financer ces travaux, une subvention de 5 millions d'euros a été accordée. Un rapide calcul montre donc que ce kilomètre de route solaire revient pour le contribuable à près de 1.800 euros du mètre carré. 

>> D'autres lieux vont-ils être équipés de dalles Wattway ? 

Ségolène Royal, la ministre de l'Écologie, souhaite que 1.000 kilomètres de routes françaises soient équipés de cette technologie. Dans l'immédiat, plusieurs sites ont été retenus par l'État et Colas afin de mener diverses expérimentations. Outre Tourouvre-au-Perche, ils sont situés dans les Bouches-du-Rhône et en Vendée. Début 2017, les villes de Boulogne-Billancourt et d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) seront équipées de quelques centaines de mètres de dalles solaires Wattway.

Ségolène Royal a également annoncé le déploiement de Wattway sur trois autres sites. Il s'agit du Grand Port Maritime de Marseille, d'une aire de repos et d'une route nationale située en Bretagne 

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV