BFM Business

18 milliards d'amende pour BP: une somme "absorbable"

Le géant British Petroleum a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires plus de vingt fois supérieur au montant maximum d'amende qu'il risque.

Le géant British Petroleum a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires plus de vingt fois supérieur au montant maximum d'amende qu'il risque. - SPENCER PLATT-AFP

Le britannique risque une nouvelle amende de 18 milliards de dollars pour son rôle dans la marée noire du Golfe du Mexique. Un montant record, mais que BP, vu ses profits, pourra régler sereinement.

BP risque 18 milliards d'euros d'amende. La major pétrolière a été condamnée, quatre ans après l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon et la gigantesque marée noire qu'elle a provoqué, pour "négligences graves". Un montant totalement inédit, pour la plus vaste catastrophe environnementale de l'histoire des Etats-Unis.

Si cette somme paraît énorme, elle représente moins d'un vingtième du chiffre d'affaires annuel du géant britannique. Dans ses comptes 2013, BP a en effet déclaré 396 milliards de dollars de chiffre d'affaires. C'est même moins que ses seuls profits, qui atteignaient 24 milliards de dollars l'année dernière.

"C'est du même ordre que l'amende de 8 milliards de BNP Paribas: c'est douloureux, mais c'est absorbable, cela ne tue pas l'entreprise", nous explique un spécialiste du secteur pétrolier. "C'est très préjudiciable pour les investissements et les dividendes des actionnaires de BP, reconnaît-il, mais il n'y a rien là qui mette en péril sa survie".

18 milliards maximum

D'autant que ces 18 milliards ne sont en réalité, selon le ministre américain de la Justice Eric Holder, que le montant maximal qui pourrait être réclamé au groupe pétrolier. Le montant définitif des indemnités sera calculé en fonction du nombre de barils de brut déversés dans le Golfe du Mexique.

En cas de "négligences graves", les dommages et intérêts atteignent 4.300 dollars par baril, indique BP dans son communiqué. Une audience prévue en janvier, devra permettre de trancher entre l'estimation initiale de l'Etat américain (4,9 millions de barils) et celle, bien inférieure, de BP (3,1 millions). La somme sera versée aux plaignants parmi lesquels le gouvernement américain et les Etats de Louisiane et d'Alabama.

De quoi alourdir une addition déjà épicée pour British Petroleum. Le groupe a passé 43 milliards de charges et provisions au total depuis l'explosion de Deepwater en 2011. Cette somme, annoncée dans ses comptes du deuxième trimestre 2014, va servir à couvrir ses frais de justice, les indemnités des différents plaignants, les coûts de fonctionnement, les frais de nettoyage du Golfe du Mexique, ou encore les différentes amendes.

Nina Godart