BFM Business

Vincent Bolloré place ses hommes chez Canal Plus

Vincent Bollloré et Bertrand Meheut en novembre 2014

Vincent Bollloré et Bertrand Meheut en novembre 2014 - Kenzo Tribouillard AFP

L'industriel breton refond de fond en comble l'état major de la chaîne cryptée pour placer ses proches et l'intégrer à Vivendi.

La "Bollorisation" de Canal Plus se poursuit. Jeudi 3 septembre, Vincent Bolloré a pris la présidence du conseil de surveillance du Groupe Canal Plus, poste qu'il cumulera avec la présidence du groupe Bolloré et la présidence du conseil de surveillance de Vivendi (propriétaire de la chaîne cryptée).

Parallèlement, Vincent Bolloré a nommé président du directoire du Groupe Canal Plus Jean-Christophe Thiery de Bercegol du Moulin (47 ans), "énarque et ancien de Bercy qui a travaillé avec moi dans les médias depuis 15 ans", explique l'industriel breton dans un courrier électronique interne publié par Ozap

Jean-Christophe Thiery remplace donc Bertrand Meheut, qui occupait ce poste depuis 2002. "Je tiens à remercier mon compatriote Breton et ami Bertrand Meheut pour l'énorme travail qu'il a réalisé à la tête de cette maison au cours de ces 13 années. Il a accepté de m'accompagner de ses conseils ce qui sera fort utile", a indiqué Vincent Bolloré.

Le départ de Bertrand Meheut était attendu, même si Vivendi l'avait encore officiellement démenti dans un communiqué il y a à peine deux mois...

Canal intégré dans Vivendi

Dans son message, Vincent Bolloré annonce aussi que "le Groupe Canal Plus va être totalement intégré à Vivendi", et parle désormais du "groupe Canal/Vivendi" -là encore, une telle réorganisation était démentie officiellement par Vivendi il y a à peine deux mois...

L'industriel breton justifie cette intégration par le fait que l'organisation actuelle ne permet pas assez de dialogue et de travail collectif: "je suis frappé par le fonctionnement en silos séparés et la non-connaissance des atouts dont leurs proches voisins disposent. Je suis choqué par le recours excessif à la sous-traitance alors qu'il existe des moyens internes. De même que dans le groupe Vivendi désormais tous travaillent ensemble, la concurrence entre les entités et les cloisons va disparaître chez Canal pour laisser place à un travail plus transparent, plus efficace et moins onéreux".

Des proches de Bolloré aux sports et à l'info

En pratique, les dirigeants fonctionnels de Vivendi (secrétaire général, DRH, services généraux, audit) vont désormais assurer les mêmes fonctions chez Canal Plus. 

Côté contenus, Vincent Bolloré place aussi deux de ses proches, qui travaillaient avec lui depuis 2007 pour son quotidien gratuit et/ou sa chaîne Direct 8 (devenue D8). Il s'agit de Guillaume Zeller "qui va nous rejoindre pour les news", et de Thierry Cheleman, qui "va couvrir le sport".

Enfin, le producteur de cinéma Didier Lupfer (actuellement chez Ubisoft) rejoint Canal pour "couvrir le cinéma".

Evidemment, toutes ces nominations signifient de facto le limogeage des anciens titulaires de ces postes au sein de la chaîne cryptée... Le message interne est notamment muet sur le sort de Thierry Thuiller, arrivé en juin à la tête du service des sports de la chaîne cryptée.

Interventionnisme tous azimuts

Ces départs s'ajoute à la longue liste des limogeages déjà intervenus cet été dans la chaîne cryptée: Rodolphe Belmer (directeur général), Thierry Langlois (directeur des antennes), Alice Holzman (patronne de CanalSat), Ara Aprikian (patron de D8, D17 et iTélé), sans compter les auteurs des Guignols, et Renaud Le Van Kim, producteur du Grand journal.

Lundi, les Echos prédisaient ce qui pourrait être l'étape suivante: les chaînes (Canal Plus, D8, D17, iTélé) pourraient devenir la division contenus de Vivendi sous la direction de Maxime Saada, à côté d'une division internationale, d'une division stratégique dirigée par Stéphane Roussel, et d'une division vente et distribution pilotée par Frank Cadoret.

Enfin, Vincent Bolloré répond aux critiques sur son micro-management et son interventionnisme tous azimuts: "le plus facile est de faire peu pour ne pas déranger les habitudes et rester populaire. Ceci n'est pas dans mes habitudes. Je m'impliquerai donc totalement et ne chercherai pas à me cacher derrière des tiers pour prendre les mesures et appliquer les mouvements nécessaires".

Réduction des tranches en clair de Canal Plus

Vincent Bolloré a aussi annoncé le changement de nom des trois chaînes gratuites du groupe: D8 devient C8, D17 devient C17, tandis que iTélé sera rebaptisée CNews. 

Dans son message interne, il explique: "la partie claire de Canal devra être réduite et donner à ceux qui la regardent l'envie, le désir de s'abonner. La partie claire devra être développée sur nos chaînes gratuites. Nous devons rapprocher C8 - C17 - CNews de Canal. Les principaux contenus seront renforcés. Nous allons augmenter nos budgets d'investissements et les rendre transversaux entre les différentes chaînes, gratuites et payantes".

Par ailleurs, l'industriel breton appelle à développer la diversification, et à "aller vers les marchés de langue anglaise et espagnole".

Jamal Henni