BFM Business

Thomas Langmann perd son procès sur "Bienvenue chez les Ch'tis"

C'est le film français qui a réalisé le plus d'entrées en salles

C'est le film français qui a réalisé le plus d'entrées en salles - Pathé Distribution

"Le tribunal de commerce a débouté le fils de Claude Berri, qui réclamait à Pathé 2,25 millions d'euros sur les recettes du film à succès."

Il y a neuf ans sortait en salles Bienvenue chez les Ch'tis, qui reste le plus grand succès en salles de l'histoire du cinéma français, avec 20,4 millions d'entrées. Box Office Mojo chiffre les recettes du film à 245 millions de dollars, soit 175 millions d'euros de l'époque.

Un pactole qui suscite toujours d'âpres convoitises. Il y a deux ans, Thomas Langmann a ainsi attaqué le co-producteur du film Pathé devant le tribunal de commerce de Paris, réclamant 2,25 millions d'euros.

Las! Le tribunal a récemment rendu sa décision, et intégralement débouté le fils de Claude Berri, condamné à payer 20.000 euros de frais de procédure à Pathé.

Claude Berri spolié?

Le conflit portait sur la part des recettes touchées par Claude Berri, producteur délégué du film. Selon Thomas Langmann, Pathé avait spolié Claude Berri en ne lui versant pas la part des recettes à laquelle il avait droit.

Précisément, le litige portait sur un accord conclu en 2001 entre Pathé et Claude Berri. D'une durée de cinq ans, cet accord prévoyait que Pathé verse au père de Thomas Langmann 10% des recettes nettes d'exploitation de tous les films produits dans le cadre de cet accord.

La question était donc de savoir si Bienvenue chez les Ch'tis rentrait ou non dans cet accord. Pathé affirmait que le film avait été produit hors de cet accord, car son tournage avait débuté au printemps 2007, plus d'un an après l'expiration de l'accord. Dès lors, Claude Berri n'avait pas droit à ses 10% des recettes nettes -que d'ailleurs, le producteur n'avait pas réclamés de son vivant. Et la répartition des recettes de Bienvenue chez les Ch'tis relevait donc uniquement d'un contrat de production spécifique à ce film.

Interprétations opposées

Thomas Langmann interprétait le contrat différemment. Il arguait que l'accord de 2001 portait aussi sur les films "initiés" avant la fin de l'accord mais pas encore terminés. Tel aurait été le cas de Bienvenue chez les Ch'tis. Estimant les recettes nettes du film à 80 millions d'euros, il considère que son père aurait donc dû percevoir 8 millions d'euros, dont la moitié provenant de Pathé (co-producteur à 50%).

Finalement, les juges ont donné raison à Pathé. Selon eux, "le film n'est entré en production que début 2007, soit plus d'un an après l'échéance des accords. Et il n'est pas démontré que le film ait été initié durant la durée des accords. Enfin, il n'est produit aucun document au terme duquel Claude Berri aurait sollicité le versement d'une commission de 10% pour ce film. Les accords de 2001 ne sont donc pas applicables au film, et n'ont pas été appliqués par les parties".

Remakes à succès

À noter que l'accord de 2001 prévoyait que Claude Berri touche aussi un pourcentage sur les recettes nettes des remakes des films produits dans le cadre de l'accord. Thomas Langmann affirmait donc avoir droit à une partie du produit de la vente des droits à Warner pour un remake américain, et surtout des recettes des remakes italiens Benvenuti al sud (2010) et Benvenuti al nord (2012), qui ont été de grands succès de l'autre côté des Alpes, où chacun a rapporté 30 millions d'euros au box office. Mais, pour les juges, "dès lors que le film n'est pas régi par les accords de 2001, il en sera de même pour ses remakes".

Rappelons que depuis 2009, Thomas Langmann et Pathé se sont déjà affrontés devant le même tribunal au sujet d'Astérix aux jeux olympiques et de Rien à déclarer.

Interrogés, Thomas Langmann a indiqué avoir fait appel, tandis que Pathé n'a pas répondu.

Mise à jour: le jugement a été confirmé le 28 novembre 2017 par la cour d'appel de Paris.

Les rapports entre Claude Berri et Pathé

1962: Claude Berri crée Renn Productions

1987: Chargeurs (qui deviendra Pathé) rachète 50% de Renn Productions

1996: Chargeurs rachète 100% de Renn Productions (qui sera rebaptisé Pathé Renn Productions, puis Pathé Production). Claude Berri crée une nouvelle société de production, Katharina

2001: Pathé rachète 100% de Katharina. Claude Berri crée une nouvelle société de production, Hirsch, et signe un accord cadre avec Pathé d'une durée de 5 ans

2006: expiration de l'accord entre Pathé et Hirsch

2007: Pathé rachète une partie du catalogue de Hirsch (qui deviendra la Petite Reine)

27 février 2008: sortie de Bienvenue chez les Ch'tis

12 janvier 2009: décès de Claude Berri

Jamal Henni