BFM Business

TF1: "la petite mort" de Nonce Paolini, le PDG sortant

Les deux PDG se sont mutuellement complimentés

Les deux PDG se sont mutuellement complimentés - AFP Thomas Coex Xavier Leoty

A la tête de la première chaîne française depuis 2007, Nonce Paolini a présenté ce jeudi ses derniers résultats financiers et passé le relais à son successeur, Gilles Pélisson.

"C'est une petite mort". Au-delà des mots, l'émotion de Nonce Paolini était perceptible ce jeudi 18 février 2016. Le PDG de TF1 a présenté pour la dernière fois résultats annuels de la chaîne qu'il dirige depuis neuf ans. Une émotion qui n'exclut pas un certain humour. Nonce Paolini a ainsi demandé leur indulgence aux analystes financiers: "partir sur une chute du cours serait un échec cuisant, et vous pourriez avoir un suicide sur la conscience dans les heures qui viennent..." 

A quelques mètres de là, Gilles Pélisson a écouté sagement celui à qui il s'apprête à succéder. Même, lorsque les analystes financiers posaient une question au futur PDG, et que Nonce Paolini s'évertuait à répondre encore et toujours... Le nouvel homme fort de TF1 a bien fait un court discours pour se présenter, mais sans rien dévoiler de ses intentions. il a juste promis d'annoncer son comité exécutif le 23 février, puis sa stratégie le 26 avril, lors de la publication des résultats du 1er trimestre. 

Arrivée d'Image 7

Sa seule décision connue à ce jour est le recrutement de la puissante agence Image 7 d'Anne Méaux pour doper la communication de la Une, qui jusqu'à présent gérait sa communication en interne.

Reste à savoir si sera conservé l'état major actuel, réputé très proche de Nonce et manquant parfois de jeunesse, notamment le directeur des programmes Jean-François Lancelier, ou le secrétaire général Jean-Michel Counillon (60 ans chacun). "Nonce et son équipe ont fait un travail formidable", s'est juste contenté de déclarer Gilles Pélisson. "Cette équipe continuera dans la [même] direction", a dit de son côté Nonce Paolini.

Ne pas préempter l'avenir

Toutefois, Nonce Paolini s'est bien gardé de répéter que c'est lui qui "avait proposé le nom de Gilles Pélisson" à l'actionnaire Martin Bouygues, comme il l'avait assuré -sans convaincre- le 12 novembre. Surtout, il s'est gardé de préempter l'avenir, donnant lui aussi peu d'indications sur la suite. Côté programmes, il a juste indiqué qu'"une réflexion est en cours sur le renouvellement de l'access prime time", avec de nouvelles émissions qui seront "testées l'été prochain".

Par ailleurs, l'ancien PDG a prévenu que la distribution gratuite de la chaîne par les fournisseurs d'accès internet avait vécu. TF1 compte enfin obtenir d'eux une rémunération: "nous allons avoir des discussions, et nous espérons enfin tirer des revenus en 2017". 

Enfin, dans la production audiovisuelle, Nonce Paolini a expliqué que le rachat de Newen (3ème producteur français) n'était qu'une "première étape". "De nouvelles acquisitions" vont suivre, ainsi que "des partenariats à l'échelle européenne", pour lesquels "de premiers contacts ont déjà été pris". Pour cela, la Une pourra s'appuyer "sur l'expérience internationale" de Gilles Pélisson, qui dirigea durant cinq ans Accor, le leader mondial de l'hôtellerie.

"Plaire au plus grand nombre"

Notre Corse, qui n'apprécie guère les vedettes, s'est même permis de donner un petit conseil: "Gilles a rencontré des stars et en a encore les yeux qui brillent, mais il va s'apercevoir assez vite qu'il n'est pas toujours facile de côtoyer ces gens-là..."

"Nonce m'a donné beaucoup de conseils, et je ne le remercierai jamais assez. Il a joué le jeu et a été formidable", a répondu l'impétrant, citant un autre conseil: "tu ne fais pas de la télévision pour toi, mais pour plaire au plus grand nombre". "Je me suis mis à regarder beaucoup la télévision, mais pas forcément ce que je regardais avant", a ajouté le nouveau PDG.

Sans surprise, Nonce a dressé un bilan globalement positif de son action. Mais son successeur aussi: "TF1 n'est pas un géant endormi. La chaîne n'a cessé de se renouveler, et a su prendre un certains nombres de paris. il y a beaucoup de créativité dans la maison..."

La révolution ne semble donc pas pour demain à la tour TF1. Mais la filiale de Bouygues semble pour l'instant réussir une transition en douceur, qui contraste avec la précédente, où Patrick Le Lay et Nonce Paolini avaient cohabité durant plus d'un an en guerre quasi-ouverte...

2,3 millions d'euros de salaire maximal

Selon un document financier de TF1, Gilles Pélisson touchera le même salaire que Nonce Paolini: un salaire fixe de 920.000 euros bruts par an, auquel s'ajoute un bonus pouvant aller jusqu'à 1,38 million d'euros. 

Au titre de l'exercice 2015, Nonce Paolini touchera ainsi un salaire total de 2 millions d'euros, en légère baisse par rapport à l'année précédente (2,3 millions d'euros).

Mais ce n'est pas tout. Le PDG sortant touche en outre une indemnité d'environ un an de salaire, soit autour de 2 millions d'euros. En effet, Nonce Paolini, ayant un contrat avec le groupe Bouygues, bénéfice de la convention collective du bâtiment de la région parisienne, qui prévoit de telles indemnités "en cas de rupture du contrat de travail". Le montant de cette indemnité a été partagé entre ses employeurs successifs, soit Bouygues et TF1 (qui a payé 1,3 million d'euros). TF1 souligne qu"'il ne s'agit pas d'une indemnité de départ, mais d'une indemnité de mise à la retraite".

Et après son départ, Nonce Paolini touchera une retraite supplémentaire (dite "chapeau") de 186.700 euros par an. TF1 précise que cette retraite "ne dépasse pas 45% du salaire de référence, conformément au code Afep-Medef". 

Enfin, la Une indique que Nonce Paolini "ne bénéficie pas d'options ou d'actions gratuites TF1".

Jamal Henni