BFM Business

Stéphane Courbit va faire un gros chèque à Hanouna, Nagui & cie

Stéphane Courbit avait eu le flair de racheter la société de Cyril Hanouna mi-2012, juste avant son arrivée sur D8

Stéphane Courbit avait eu le flair de racheter la société de Cyril Hanouna mi-2012, juste avant son arrivée sur D8 - D8

"Stéphane Courbit a promis de verser près de 100 millions d'euros supplémentaires aux animateurs des sociétés de production qu'il a rachetées, dont en France Cyril Hanouna, Nagui et Alexia Laroche-Joubert.  "

Cyril Hanouna, Nagui, Alexia Laroche-Joubert sont déjà riches. Mais ils vont le devenir plus encore. Ces animateurs ont déjà touché un premier gros chèque lorsqu'ils ont vendu leur société de production à Stéphane Courbit. Mais ils vont toucher de jolis chèques supplémentaires.

En effet, le contrat de vente prévoyait un paiement en plusieurs versements: une première tranche lors du rachat, puis d'autres tranches étalées sur les cinq à dix ans suivant le rachat. Le montant de ces tranches ultérieures n'est pas fixé à l'avance, mais dépend des résultats enregistrés. En clair, plus la société de production se porte bien, et plus les chèques subséquents sont conséquents. Un tel système -appelé earn out- permet de maintenir la motivation de l'animateur après le rachat. Revers de la médaille: l'animateur, une fois son earn out empoché, peut avoir tendance à travailler moins, voire à partir ailleurs...

Déjà 300 millions d'euros de dettes

Au total, Stéphane Courbit a promis de tels chèques à une dizaine de sociétés de production: les trois qu'il a rachetées en France (H2O de Cyril Hanouna, Air Production de Nagui et Banijay France d'Alexia Laroche-Joubert), mais aussi les sociétés acquises à l'étranger (Australie, Espagne, États-Unis et Scandinavie).

Connaître à l'avance le montant exact de ces futurs chèques est impossible. Mais Stéphane Courbit effectue régulièrement une estimation de leur montant probable. Cette estimation figure au bilan de sa société Banijay, et s'élève actuellement à une centaine de millions d'euros. Une somme conséquente à l'échelle de son groupe, et qui s'ajoute à la dette déjà existante. Mais "l'endettement du groupe s'élève à 300 millions d'euros, soit moins de trois fois l'excédent brut d'exploitation, ce qui est très raisonnable", a assuré Stéphane Courbit au Figaro.

À l'origine de la fortune de Courbit et Arthur

À noter que Stéphane Courbit connaît très bien ce système. Lorsqu'il dirigeait la filiale française d'Endemol, il avait inclus des clauses d'earn out lors du rachat des sociétés de production de Marc-Olivier Fogiel, Lagaf', Miss France... Las! Une fois ces earn out payés en 2007, ces animateurs quittèrent Endemol France, dont le chiffre d'affaires s'effondra alors de 57%. "Cette politique de croissance externe s'est avérée non rentable, car les earn out dépassaient très largement les résultats nets cumulés de ces sociétés", fustigea Virginie Calmels, qui succéda à Stéphane Courbit à la tête d'Endemol France. Selon le Point, Marc-Olivier Fogiel et son associé Nicolas Plisson ont ainsi touché 40 millions d'euros à eux deux, tandis que Lagaf' et son associé Hervé Hubert ont empoché 60 millions d'euros.

Surtout, Stéphane Courbit et son associé Arthur, lorsqu'ils ont vendu en 2001 leur propre société Case Productions (devenue Endemol France) à Endemol, avaient inséré une clause d'earn out qui fit leur fortune. Cette clause leur permit de toucher 450 millions d'euros en 2007, alors qu'ils n'avaient empoché que 160 millions d'euros lorsqu'ils avaient vendu la première moitié du capital à Endemol. 

Jamal Henni