BFM Business

Star Wars: la destruction de l'étoile noire, un cataclysme financier

-

- - Les deux étoiles noires aurait coûté la bagatelle de 600 trillions de dollars (600 milliards de milliards de dollars)

Un professeur d'université américain s'est amusé à calculer les conséquences financières de la destruction des bases géantes de l'Empire dans Star Wars. Et le bilan est catastrophique. Explications.

Luke Skywalker a-t-il causé la pire crise financière de l'histoire galactique en détruisant (par deux fois) l'étoile noire? C'est ce que pense en tout cas Zachary Feinstein, professeur à l'université de Saint-Louis aux Etats-Unis. Ce diplômé de Princeton s'est amusé à calculer dans une étude le coût de la chute de l'Empire dans Star Wars. Et principalement celui de la destruction des deux étoiles noires, ces immenses bases galactiques parties en fumée dans les épisodes 4 et 6 de la saga.

Et le résultat fait froid dans le dos. La nouvelle République galactique née des cendres de l'Empire aura du lancer un plan de sauvetage compris entre 15 et 20% du PGB (Produit galactique brut) pour renflouer le secteur bancaire afin d'atténuer les risques systémiques et l'effondrement économique soudain.

A titre de comparaison, c'est comme si la France devait trouver aux alentours de 500 milliards d'euros (près de 1,5 fois le budget de l'Etat!) pour rembourser ses créanciers. A défaut, les conséquences sur l'économie galactiques seraient catastrophiques. "Sans un plan de sauvetage, il y a une chance non négligeable d'une chute de 30% de l'économie galactique soit des pertes plus importantes que celles de la grande dépression durant 4 ans", estime Zachary Feinstein.

59 millions de fois le PIB mondial

Le plus amusant dans ce scénario catastrophe est la méthode utilisée par l'universitaire pour l'établir. Il lui a d'abord fallu calculer le coût des deux bases galactiques. Zachary Feinstein s'est pour cela basé sur le coût du porte-avion américain USS Gerald Ford (17,5 milliards de dollars pour un poids de 100.000 tonnes). Il en déduit pour la première étoile noire (qui a la taille d'une petite lune dans le film) un coût de 193 trillions de dollars! Cela représente un 193 suivi de 18 zéros... Un nombre monstrueux. Même estimation avec la seconde étoile noire (celle du Retour du Jedi) qu'il estime à plus de 400 trillions cette fois (elle est plus grosse et plus perfectionnée). 

Reste à estimer le PGB, soit le Produit galactique brut. Pour ce faire, Zachary Feinstein s'appuie sur le coût de développement du projet Manhattan dans les années 40 (la bombe atomique américaine) qu'il juge d'une envergure équivalente sur le plan stratégique. Or ce dernier a coûté 0,21% du PIB américain durant 5 ans. Le projet de l'étoile noire ayant duré 20 ans, il en déduit que le PGB annuel représente 4,6 trilliards de dollars, soit 46 suivi de 20 zéros. Si vous voulez ce chiffre en milliards il faut s'accrocher, ça représente 4.600 milliards de milliards de dollars (59 millions de fois le PIB mondial).

La crise des subprimes? Une goutte d'eau

Il tente enfin de modéliser le système bancaire de cet empire galactique. Ce dernier a recours à l'emprunt pour financer une bonne partie de ce projet vu qu'il estime que sur le plan fiscal, l'empereur est assez conservateur avec un niveau d'imposition assez faible. Avec toutes ces données, Feinstein estime donc que sur la base du coût de la construction de l'étoile noire, des prêts du système bancaire galactique et avec un empereur conservateur sur le plan fiscal, le gouvernement serait en défaut de 515,5 trillions de dollars.

Ce qui provoquerait un effondrement du système bancaire, estime l'auteur et le sauvetage d'environ 1.700 banques car elles sont "too big to fail" dans le monde de Star Wars aussi. La crise des subprimes à côté c'est une goutte d'eau. Mais c'est le prix à payer de la démocratie.

Frédéric Bianchi