BFM Business

Réouverture du Crillon: Paris, future capitale des palaces?

L’hôtel Crillon situé place de la Concorde à Paris rouvre ses portes ce mercredi après quatre ans de travaux. Le prestigieux établissement vient ainsi rejoindre le marché des hôtels de luxe, un terrain très concurrentiel sur lequel Paris aurait tout intérêt à miser pour Gabriel Matar, expert de l’hôtellerie de luxe.

Avec l’ouverture du Crillon, la guerre des palaces va-t-elle avoir lieu?

Il y a une guerre des egos de prestige qui profite aujourd’hui beaucoup à Paris. Paris devrait l'encourager pour se préparer à être la capitale des palaces et capter cette demande qui dépense en moyenne 1500 euros par nuitée au sein des palaces.

Mais elle dépense le double par nuitée, voire plus, à l’extérieur des palaces et dans le tissu économique. C’est un vrai enjeu économique pour une activité qui aujourd'hui fait un chiffre d'affaires à Paris d’environ 500 millions d'euros par an.

Quelle est la clientèle pour ces palaces?

85% de la clientèle des palaces est une clientèle étrangère. À peu près à moitié européenne et l’autre moitié internationale. Tout récemment, nous assistons à une progression assez importante de la clientèle asiatique.

Cette clientèle devient de plus en plus importante parce que c’est une clientèle solvable, qui aime Paris et qui n’était pas exposée à la publicité parisienne, ou en tout cas pas suffisamment. Donc aujourd'hui, le vrai gagnant de cette progression dans les palaces, c’est Paris.

Quels bénéfices les Parisiens peuvent-ils tirer de ce marché?

Ces dix dernières années, ces hôtels-là ont créé 2500 emplois qualifiés. Au-delà de ces emplois directs (les employés de ces hôtels), il y a aussi les emplois indirects.

Il faut savoir que l’hôtel de Crillon par exemple a fait travailler plus de 147 métiers d’art pendant les quatre années de travaux et qu’il y a eu plus de 500 ouvriers qui ont travaillé pendant les quatre ans de la rénovation.

C. B avec Séga Kanouté