BFM Business

Qui a perdu sa chemise dans 'Astérix 4'?

Le principal perdant est le distributeur Wild Bunch, qui avait misé 24 millions d'euros sur le film

Le principal perdant est le distributeur Wild Bunch, qui avait misé 24 millions d'euros sur le film - -

Ce film au budget record (61 millions d'euros) est diffusé ce vendredi 20 septembre par Canal Plus, qui a racheté le droit de diffusion à prix cassé à Orange.

Ce vendredi 20 septembre, Astérix et Obélix: au service de sa Majesté est diffusé pour la première fois à la télévision, en l'occurrence sur Canal Plus.

Mais ce n'était pas ce qui était prévu à l'origine. En effet, Orange avait cassé sa tirelire pour acheter le droit de diffuser en premier ce film en TV payante sur sa chaîne de cinéma OCS. Début 2011, l'opérateur téléphonique avait mis 7 millions d'euros d'euros sur la table, un prix assez élevé pour une première diffusion en payant. Mais Orange était lié par un accord global avec le producteur du film, Fidélité Films.

Finalement, Orange a renoncé à ce droit de diffusion, et l'a revendu à Canal Plus. Au passage, l'opérateur télécoms a dû passer dans ses comptes 2012 une provision pour dépréciation de 4 millions d'euros, ramenant la valeur du droit de diffusion à 3 millions d'euros. On ne sait pas combien la chaîne cryptée a payé pour le film, mais le montant est sans doute assez proche de ces 3 millions.

Seulement 3,8 millions d'entrées

Mais l'opérateur téléphonique n'est pas le seul à avoir perdu sa chemise dans cette aventure. En effet, le budget du film était très élevé: 61 millions d'euros, ce qui en faisait de très loin le film le plus cher de l'année 2012. Et il n'a attiré en salles que 3,8 millions de spectateurs, soit moins que les 6 millions nécessaires pour le rentabiliser.

Interrogé sur ce seuil de 6 millions d'entrées, le président de Fidélité Marc Missonnier a expliqué: "lorsqu’il est question de rentabilité, on évoque en fait le point mort du distributeur, c’est-à-dire le nombre d’entrées à partir duquel ce dernier amortit son minimum garanti –l’investissement qu’il a fait dans le film et ses frais d’édition. Pour le distributeur, le manque à gagner est important".

Et en l'occurrence, le distributeur du film est Wild Bunch. C'est lui qui qui a mis le plus d'argent dans ce film: pas moins de 24 millions d'euros, dont 11,5 millions d'euros pour les seuls droits de sortie en salles en France.

C'est plus que les 10 millions d'euros versés par le producteur Fidélité -et encore ce chiffre a pu être apporté en partie en prestations en nature. Surtout, il se base sur le budget prévisionnel, et a pu être en pratique inférieur.

Le distributeur furieux

On ne sait pas combien Wild Bunch a perdu dans l'affaire (interrogé, le distributeur s'est refusé à tout commentaire). Mais ses dirigeants étaient visiblement furieux. L'un d'eux, Vincent Maraval, publiera fin 2012 une tribune au vitriol sur les cachets trop élevés des acteurs français, notamment ceux d'Astérix et Obélix. Il fustigera notamment le cachet de Dany Boon: "un million d'euros pour quelques minutes dans Astérix, film qui fait exploser le ratio entrées/cachet/minute à l'écran..."

Dany Boon affirmera plus tard n'avoir touché que 600.000 euros sur ce film... Mais le plan de financement, publié par cinefinances.info, confirme que les comédiens du film ont touché collectivement la somme record de 6,2 millions d'euros, dont 3,9 millions d'euros pour les seuls rôles principaux... Autre gagnant du film: les Editions Albert René, l'éditeur d'Astérix, qui a touché 4 millions d'euros.

Jamal Henni