BFM Business

MinuteBuzz n'a pas tenu ses promesses après son rachat par TF1

Maxime Barbier (DG de MinuteBuzz), Gilles Pélisson (PDG de TF1) et Laure Lefevre (présidente de MinuteBuzz)

Maxime Barbier (DG de MinuteBuzz), Gilles Pélisson (PDG de TF1) et Laure Lefevre (présidente de MinuteBuzz) - TF1

La start up spécialisée dans les vidéos sur Facebook et rachetée par TF1 fin 2016 n'a pas tenu ses objectifs financiers, et voit son audience baisser.

Début octobre 2016, MinuteBuzz abandonnait son site web pour publier désormais ses vidéos uniquement sur les réseaux sociaux, à commencer par Facebook. Cherchant un acquéreur, le dirigeant-fondateur Maxime Barbier fait l'article dans les médias. Dans une interview au Journal du net, il assure: "nous sommes proches de 5 millions d'euros de chiffre d’affaires, et rentables depuis trois ans". Interrogé par le Monde, il promet un bénéfice de 100.000 euros pour l'année 2016 qui est quasiment achevée. Deux mois plus tard, lors du rachat par TF1, il annonce fièrement "avoir passé en 2016 la barre du 2 milliards de vidéos vues".

Gonflette des résultats

Las! Les résultats effectivement réalisés en 2016 montrent que Maxime Barbier avait enjolivé la situation réelle. Le chiffre d'affaires de l'année 2016? Il atteint péniblement 3,1 millions d'euros, soit 38% de moins que promis.

Le résultat? Au niveau opérationnel, c'est une perte de 19.699 euros. Quant au résultat net, c'est un maigre bénéfice de 5.814 euros, dû uniquement à un produit d'impôt de 80.514 euros engrangé grâce au crédit d'impôt innovation...

Les vidéos vues? Selon CrowdTangle, elles s'élèvent à seulement 1,7 milliard en 2016, soit moins que les plus de 2 milliards revendiqués par Maxime Barbier. Une source proche justifie ce gap par l'utilisation d'outils de mesure différents: "A l'époque, MinuteBuzz n'utilisait pas CrowdTangle, mais utilisait l'outil business manager de Facebook". 

Petite consolation: un an plus tard, les résultats se sont (un peu) améliorés: les 5 millions d'euros de chiffre d'affaires ont enfin été atteints en 2017, et le résultat opérationnel est sorti du rouge. Mais le résultat net est redevenu déficitaire en raison d'investissements: déménagement, nouveaux studios... (cf. chiffres ci-dessous).

Audience en baisse

Mais ce n'est pas tout. Après un lourd retard dans son chiffre d'affaires, le "n°1 sur la vidéo sociale" subit maintenant une baisse de son audience (cf. chiffres ci-dessous). Le nombre de vidéos vues, après avoir augmenté en 2017, baisse nettement depuis début 2018. De même, les internautes interagissent de moins en moins avec les publications Facebook de MinuteBuzz, selon les statistiques de SocialBakers.

Explication: la start up a été touchée par le nouvel algorithme mis en place par Facebook début 2017, qui favorise les contenus postés par les proches au détriment des contenus médias. Selon une enquête du Journal du net, MinuteBuzz a même été le plus touché après ChefClub. "MinuteBuzz a bien vu son nombre de vidéos vues baisser de 20% entre le dernier trimestre 2017 et le 2ème trimestre 2018, mais c'est moins que Démotivateur, qui subit une baisse de -46%", tempère une source proche.

Une autre enquête du Journal du net a aussi révélé que MinuteBuzz avait constitué une partie de son audience sur Facebook en rachetant des pages à des tiers, une pratique interdite par le réseau social. Elle cite en exemple la page Tu vas rigoler, rachetée en octobre 2016 pour "quelques milliers d'euros". Maxiem Barbier a répondu dans Society: "on ne rachète pas des pages, on en récupère les droits d'administration, via des échanges -souvent monétaires- avec les personnes qui ont construit ces communautés. Mais c'est une pratique courante, et il y a des contrats, tout est réglo".

Valorisation de 9,7 millions d'euros

Enfin, et non des moindres, les synergies avec le nouveau propriétaire ne sont pas non plus au rendez-vous. Lors du rachat, TF1 avait expliqué qu'il s'appuierait sur MinuteBuzz pour lancer à son tour des vidéos d'information sur Facebook. Baptisé TF1 One, ce service a bien été lancée en mars 2017, mais a été arrêté moins d'un an après, comme l'a révélé la lettre Mind. "Il s'agissait d'un test qui n'a pas porté ses fruits", a expliqué la Une à Mind. "Nous avons fait le test, mais nous avons vu que la monétisation était complexe", a expliqué à la presse Maxime Barbier en avril 2018.

En attendant, les déclarations optimistes de MinuteBuzz ont au moins eu un avantage: elles ont permis à la start up de se faire racheter fin 2016 pour une somme rondelette. Le prix du rachat n'a pas été communiqué, mais la valeur de la start up dans les comptes 2017 de TF1, à savoir 9,7 millions d'euros, fournit une bonne approximation.

Pour mémoire, lorsque le fonds Seventure avait pris 30,3% du capital pour un million d'euros en 2014, MinuteBuzz avait été valorisée (post money) à seulement 3,3 millions d'euros.

Interrogée, TF1 s'est refusé à tout commentaire.

Les résultats de MinuteBuzz

Chiffre d'affaires (en million d'euros)
2016: 3,1 2017: 5,5

Résultat d'exploitation (en euros)
2016: -19.699 2017: +44.772

Résultat net (en euros)
2016: +5.814 2017: -309.863

Source: comptes sociaux

Vidéos vues (en incluant Superbon, Hero et Fraîches)
2016: 1,70 milliard soit 142 millions par mois 2017: 3,01 milliards soit 251 millions par mois 2018 (du 1er janvier au 25 juin): 1,07 milliard soit 178 millions par mois

Source: CrowdTangle

Interactions avec les pages (moyenne mensuelle)
MinuteBuzz 2016: 4.944.837 2017: 4.148.586 1er semestre 2018: 2.010.800

Superbon
2016: 917.377 2017: 633.295 1er semestre 2018: 466.064

Hero
2016: 813.459 2017: 1.204324 1er semestre 2018: 824.982

Fraîches
2016: 0 2017: 231.413 1er semestre 2018: 115.903

Interactions par vidéo et par millier de fans (moyenne mensuelle)
MinuteBuzz 2016: 1380 2017: 1010 1er semestre 2018: 460

Superbon
2016: 175 2017: 168 1er semestre 2018: 123

Hero
2016: 626 2017: 858 1er semestre 2018: 622

Fraîches
2016: 0 2017: 135 1er semestre 2018: 66

Source: SocialBakers

Jamal Henni